Connect with us

Sport

Algérie: la contestation pas dupe des manœuvres du pouvoir autour de la CAN

Published

on

En organisant un “pont aérien” pour emmener les supporters des Fennecs en Egypte, le pouvoir algérien semble espérer se réconcilier avec une population qui réclame son départ depuis cinq mois. Mais les protestataires disent n’être pas dupes.

Vendredi soir, l’équipe nationale jouera au Caire la finale de Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2019). Malgré le match, le mouvement inédit de contestation qui agite l’Algérie depuis le 22 février reste mobilisé pour un 22e vendredi de manifestations hebdomadaires demandant le départ des dirigeants hérités des 20 ans de présidence d’Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission le 2 avril.

L’Etat a tenu “à mobiliser tous les moyens matériels et humains disponibles pour satisfaire” la demande des supporters de “faire le déplacement pour encourager” leur équipe, a expliqué le Premier ministre Noureddine Bedoui – une des têtes de turc des manifestants, en annonçant que 28 avions affrétés par le gouvernement et l’armée transporteront plus de 4.500 supporters vers le stade de la finale.

“Le pouvoir veut mettre à profit l’élan populaire envers cette équipe, dans l’espoir de diminuer la pression que fait peser sur lui tous les vendredis le +Hirak+”, le mouvement de contestation, analyse Noureddine Bekkis, enseignant en sociologie politique à l’Université d’Alger. Mais “ces avions vont partir avec des jeunes du Hirak” qui “à la fin de la CAN (…) reviendront manifester chaque semaine”.

“Le pouvoir escompte des dividendes, alors qu’ils restent sourd aux revendications” des manifestants, explique à l’AFP Yazid Ouahib, chef de la rubrique Sport du quotidien francophone El Watan, mais “c’est une forme de corruption” qui n’aura “aucun impact sur le mouvement populaire”, car depuis “le 22 février, le peuple a montré qu’on ne peut pas se jouer de lui”.

– “Pratiques +bouteflikiennes+” –

Mercredi, Liberté, l’autre grand quotidien francophone algérien, a dénoncé les “pratiques populistes qui rappellent malheureusement les pratiques +bouteflikiennes+, comme ces ponts aériens pour suivre les matches de l’équipe nationale”, soulignant que “le cadeau surmédiatisé a vite été compris comme étant un élément des manœuvres du pouvoir”.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux appels à ne pas profiter des avions du régime ont fleuri, sans grand succès, des milliers de jeunes supporters se massant mardi pour s’inscrire auprès de l’organisme chargé du déplacement.

Outre que ses chances de gain sont minimes, le pari du pouvoir pourrait même s’avérer contre-productif. Car ces milliers de supporteurs transportés jusqu’au Caire sont aussi souvent des militants actifs du Hirak, en partie né dans les stades algériens de football.

En Algérie, “les stades ont toujours été un lieu de contestation politique” et les “véritables pourvoyeurs des slogans antipouvoir et de la critique du pouvoir”, souligne M. Bekkis. De nombreux chants entonnés dans les manifestations du Hirak sont nés dans les stades et à leur tour, “les supporters de l’équipe nationale chantent des chansons tirées du hirak”, ajoute-t-il.

Ces supporters pourraient profiter de la tribune offerte par la finale de la CAN-2019 pour exprimer leurs revendications, alors que le président par intérim Abdelkader Bensalah sera présent dans le stade. Un supporteur a écopé d’un an de prison en Algérie pour avoir brandi en Egypte une banderole portant un slogan du Hirak.

– “La Liberté” –

“Mon cousin est parti pour la demi-finale et nous a raconté que dans l’avion”, affrété déjà par les autorités, “les supporters chantaient des slogans du hirak”, raconte à l’AFP Lamia Messaoudene, étudiante de 21 ans, pour qui le “pont aérien” n’aura aucune influence sur la contestation: “Ce pouvoir corrompu ne peut pas nous corrompre avec 28 avions”.

Les manifestations de vendredi devraient à nouveau mobiliser fortement. “Même si des supporters partiront (au Caire), il en restera toujours assez pour manifester le vendredi. Puis le soir après le match”, rappelle à l’AFP l’ancienne star du football algérien Ali Fergani, devenu analyste sportif.

En cas de victoire, l’équipe doit être reçue par M. Bensalah et déjà sur les réseaux sociaux des appels sont lancés aux joueurs pour qu’ils refusent la cérémonie officielle à Alger.

Les joueurs algériens se sont peu exprimés sur le Hirak, mais Ryad Mahrez, star de l’équipe, a publié une vidéo dans laquelle ses équipiers et lui chantent “La Liberté”, chanson du rappeur algérien Soolking dédiée au Hirak.

Malgré la CAN, de nombreux Algériens rappellent que la plus grande victoire algérienne serait le départ du pouvoir. “On aimerait bien gagner la 2e Coupe d’Afrique (de l’histoire de l’Algérie), mais ce n’est qu’un jeu, la priorité c’est la 2e République”, rappelle Faradji Mounir sur la page Algérie Debout.

AFP

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.
  • Une affaire Skripal façon allemande 5 décembre 2019
    Deux employés de l'ambassade russe à Berlin déclarées personae non grata pour ne pas assez coopérer dans une enquête sur un meurtre commis en Allemagne, qui pourrait avoir été commandité en haut lieu.
  • Nouvelle arrestation d'un militant des droits de l'Homme au Tchad 5 décembre 2019
    D'abord interpellé pour diffamation, Mahamat Nour Ahmat Ibedou est désormais accusé de meurtre et tentative de meurtre. A N'Djamena, comme dans la diaspora, des voix s'élèvent pour dénoncer cette nouvelle arrestation.
  • "Il n'y a pas de complot extérieur contre l'Afrique" A. Ould Abdallah 5 décembre 2019
    Alors que le sentiment anti-français croît de nouveau au sein des populations dans le Sahel, Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, dénonce son instrumentalisation.
  • La place contestée de la Turquie au sein de l'OTAN 4 décembre 2019
    Malgré l'offensive unilatérale de l'armée turque au nord de la Syrie, Ankara reste un membre solide de l'OTAN.
  • Existe-t-il une complicité entre l'armée congolaise et les rebelles ADF ? 4 décembre 2019
    Le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels, accusés du massacre de centaines de civils, agiraient grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.
  • L'OTAN en quête d'objectifs communs 4 décembre 2019
    Malgré la signature d'une déclaration finale, l'heure n'était pas à la fête au sommet des 70 ans de l'OTAN à Londres.
  • Tchad: un ex-Premier ministre incarcéré pour corruption 4 décembre 2019
    L’ancien Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet, secrétaire général de la présidence, est accusé de complicité d’escroquerie, d’abus de fonction et de tentative de détournement des deniers publics. Il a été incarcéré.
  • L'Allemagne attendue sur la crise anglophone au Cameroun 4 décembre 2019
    Le conflit dans les régions anglophones a forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile et fait plus de 3.000 morts. Après l'échec du dialogue national, la résolution de la crise pourrait venir de l'extérieur.
  • "La soumission n'est pas un choix pour moi" 4 décembre 2019
    Ce 4 décembre, la fondation Right Livelihood remet son prix 2019, souvent surnommé "prix Nobel alternatif". Cette année, le jury a choisi quatre militants pour être lauréats, parmi lesquels Aminatou Haidar.
  • PL : Manchester City ne lâche rien 4 décembre 2019
    Les Citizens se sont largement imposés à Burnley (1-4) et reviennent à huit points de Liverpool, qui affronte ce soir Everton dans le derby.