Algérie : l’ancien président Abdelaziz Bouteflika est mort

Print Friendly, PDF & Email

Jamais un président algérien n’aura régné aussi longtemps. Mais Abdelaziz Bouteflika, décédé vendredi à l’âge de 84 ans, restera comme le seul dirigeant de l’Algérie indépendante qui, agrippé au pouvoir malgré la maladie, en aura été chassé par la rue.

Plus de 35 ans après son premier poste ministériel, Bouteflika accède à la tête de l’Algérie en 1999, auréolé d’une image de sauveur dans un pays déchiré par une guerre civile. Vingt ans après, il en est chassé sans égards par l’armée, pilier du régime, sous la pression d’un mouvement (« Hirak ») de contestation inédit.

Sommé de quitter le pouvoir par l’état-major, « Boutef », comme l’appellent familièrement ses compatriotes, jette l’éponge le 2 avril 2019, après une improbable tentative de briguer un cinquième mandat malgré l’attaque cérébrale qui l’avait cloué sur un fauteuil roulant, quasi inerte, six ans plus tôt.

– Humiliation de trop –

Cette candidature a été perçue comme l’humiliation de trop par des millions d’Algériens, souvent jeunes et décrits à tort comme résignés.

Elu pour la première fois en 1999, constamment réélu au premier tour avec plus de 80% des voix en 2004, 2009 et 2014, ce cinquième mandat semblait acquis aux yeux du régime.

Mais six semaines de mobilisation massive du « Hirak » –du jamais vu en Algérie– poussent le patron de l’armée, le général Ahmed Gaid Salah, un de ses fidèles, à obtenir sa démission.

Jusqu’au bout, Abdelaziz Bouteflika aura voulu s’accrocher, bravant l’évidence: celui qui fut à 26 ans le plus jeune ministre des Affaires étrangères au monde ne renvoyait plus que l’image d’un vieillard muet et reclus en son palais.

Un contraste saisissant avec le début de sa présidence, quand ce beau parleur aux yeux clairs et en costume trois pièces, amateur de cigare, s’affichait en dirigeant hyperactif.

« Je suis l’Algérie tout entière », lance en arrivant au pouvoir celui dont le destin se confond avec l’histoire contemporaine de son pays.

Né le 2 mars 1937 à Oujda (Maroc), dans une famille originaire de la région de Tlemcen (nord-ouest), Bouteflika rejoint dès 19 ans l’Armée de libération nationale (ALN) qui combat la puissance coloniale française.

A l’indépendance en 1962, il est, à 25 ans, ministre des Sports et du Tourisme, avant d’hériter un an plus tard du portefeuille convoité de la diplomatie, qu’il conserve jusqu’en 1979, une époque où l’Algérie s’affiche en leader du « tiers-monde ».

En 1965, il soutient le coup d’Etat de Houari Boumédiène, alors ministre de la Défense, qui s’empare du pouvoir en déposant le président Ahmed Ben Bella.

S’affirmant comme le dauphin de Boumédiène –« le père qu’il n’a pas eu », dira ce dernier–, qui décède en 1978, il est pourtant écarté de la succession par l’armée puis de la scène politique sur fond d’accusations de malversations. Il s’exile à Dubaï et Genève.

C’est pourtant l’armée qui l’impose en 1999 comme candidat à la présidentielle: il l’emporte après le retrait de ses adversaires qui dénoncent des fraudes.

Sa priorité: rétablir la paix en Algérie, plongée dans la guerre civile depuis 1992 contre une guérilla islamiste (quelque 200.000 morts en dix ans, officiellement).

Deux lois d’amnistie, en 1999 et 2005, convainquent nombre d’islamistes de déposer les armes.

Accusé par ses détracteurs d’être une marionnette de l’armée, Bouteflika travaille à desserrer l’emprise de la puissante institution.

– « Mémorisation phénoménale » –

Promettant qu’il ne sera pas un « trois quarts de président », il devient tout puissant.

« Bouteflika n’aime pas consulter les dossiers, ne lit ni les notes ni les fiches que lui préparent conseillers, ministres ou diplomates. Toutefois, il a une capacité de mémorisation phénoménale », raconte le journaliste algérien Farid Alilat dans une biographie (« Bouteflika, l’histoire secrète », éditions du Rocher).

Avec la France, la relation reste à vif, même si le chef d’Etat algérien, qui sait nouer des relations étroites, parfois amicales, est apprécié des dirigeants français, en particulier de Jacques Chirac. Il a aussi fait de nombreux séjours à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris, dans la plus grande discrétion, avant d’aller se faire soigner à Genève.

Sur la scène intérieure, Abdelaziz Bouteflika impose au Parlement de supprimer la limitation du nombre de mandats pour en conquérir un troisième en 2009, puis brave les oppositions affichées jusqu’au sein de l’appareil sécuritaire pour en gagner un quatrième, un an après son AVC.

Très affaibli physiquement, il n’en renforce pas moins ses pouvoirs en dissolvant début 2016 le Département du renseignement et de la sécurité (DRS, services secrets), après avoir congédié son chef, le général Mohamed Médiène, jadis considéré indéboulonnable.

Mais ce quatrième mandat se déroule sur fond de dégringolade des prix du pétrole pour une économie très dépendante des hydrocarbures.

Les caisses sont vides et il n’est plus possible d’acheter la paix sociale, comme en 2011 quand le Printemps arabe balaie la région.

Au-delà des difficultés économiques enfle surtout la frustration d’une population outrée du symbole que représente ce président mutique et paralysé. Jusqu’à l’avènement spectaculaire du Hirak, mouvement pluriel, non violent et sans leadership.

AFP

1 Commentaire
  1. MANZO 1 mois il y a
    Repondre

    Repose en paix le grand patriote Boutef et qu’Allah t’accorde son paradis!
    Car tu fus un très grand président qui avait pu réussir à sortir son pays des griffes du terrorisme et de la l’instabilité.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.