Alpha Abdoulaye Barry, victime de la manifestation : ‘’j’ai payé un million pour être libéré’’

Print Friendly, PDF & Email

Votre média électronique a rencontré ce week-end Alpha Abdoulaye Barry, victime de la manifestation post-électorale samedi 31 octobre 2020 à Wanindara 2 au groupe scolaire Abdoul Aziz Diallo. C’était en marge d’une campagne de sensibilisation du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne.

Le CNOSCG a mis cette sortie de terrain à profit pour enregistrer tout ce qui s’est passé dans ce quartier de la haute banlieue de Conakry, réputé zone de vives tensions ces dernières années.

Alpha Abdoulaye Barry, âgé de la trentaine, victime de la répression des hommes en tenue, blessé et arrêté puis conduit à la Gendarmerie de Matam et relâché après avoir payé une somme d’argent, nous raconte sa mésaventure. C’est un acte qui remonte la semaine dernière, après que Cellou Dalein Diallo le candidat de l’UFDG à la présidentielle du 18 octobre passé se soit autoproclamé vainqueur de la présidentielle du 18 octobre 2020 appelant ainsi ses militants à manifester pour réclamer la vérité des urnes.

« Dans ce quartier, on a été attaqués par des militaires. Le policier du nom de BC qui a une concession vers Kissosso, c’est lui qui a envoyé ici les militaires avec un groupe de jeunes, pour nous attaquer. Ils ont tout détruit ou presque, blessés des jeunes. En tout cas ce sont des gens avec des pickups, qui portaient des tenues militaires, armé de PMAK. Ils pourchassaient les jeunes pour attaquer les boutiques et les maisons des gens après », relate la victime. Et d’ajouter : « c‘est lorsque je suis venu pour intervenir qu’ils m’ont blessé. On m’a pris, j’ai passé 6 jours en prison et au final j’ai payé un million de francs guinéens pour être libéré à la gendarmerie de Matam… »

À l’en croire, « le fait de manifester est un droit mais le fait de tuer les gens, de brûler les biens de la population est un crime. Et c’est un crime qui a été commis ici à Wanindara. »

M. Barry dit apprécier bien la démarche de la société civile qu’il juge bonne mais, s’est précipité d’ajouter qu’il n’attend ‘’rien d’eux ».

Mamadou Yaya Barry

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.