Alpha Bacar Barry, ministre Enseignement technique: « nous avons des écoles très mal gérées, vétustes, qu’il faut réhabiliter »

Print Friendly, PDF & Email

Le nouveau Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle installé il y a quelques semaines est revenu ce vendredi 26 novembre, lors de la cérémonie de passation de service des Secrétaires Généraux de son département, sur les difficultés auxquelles son département est confronté, notamment des problèmes d’ordre infrastructurel, de réformes,  d’équipements et d’insalubrité…

Pour commencer, Alpha Bacar Barry  a fait savoir que c’est avec beaucoup de plaisir qu’il reçoit Dr Youssouf Boundou Sylla dans son équipe. « On ne peut pas espérer mieux comme Secrétaire Général entrant, mais c’est l’occasion pour moi, au nom de tous les travailleurs, de remercier encore Son Excellence Monsieur le président de la Transition, le colonel Mamadi Doumbouya et le Premier ministre de la transition, monsieur Mohamed Béavogui et de dire surtout à mon cher ami Dr Sylla que la situation de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle n’est pas si reluisante qu’on le croit », dit-il. 

Poursuivant, Alpha Bacar Barry a ajouté ceci : « Nous sommes les orphelins d’un système, nous sommes à la traîne, nous sommes aujourd’hui dans un grand besoin de reconstitution et de refondation. Notre secteur est oublié, il faut le mettre à la lumière pour que tout le monde le voie afin qu’on puisse comprendre que la Guinée ne se construira pas sans des ouvriers de qualité, sans les enfants intégrés, sans une réinsertion socio-professionnelle de ses enfants. La Guinée ne se développera pas si nous n’avons pas une main-d’œuvre qualifiée, si nous n’avons pas une force de travail capable de prendre en charge notre économie réelle et surtout la production nationale. »

Pour finir, le Ministre de l’Enseignement Technique dira : « Nous avons une situation où nous avons des écoles sans programmes, nous avons une situation où nous avons des écoles qui ont des programmes mais qui n’ont pas  d’infrastructures, donc pas de salles de classes.  Nous avons vu des écoles qui accordaient une petite place à l’hygiène et à la salubrité dans laquelle les enfants devaient pouvoir évoluer.  Nous avons des écoles qui ne connaissent pas le digital, qui n’ont jamais vu du contenu digital pour certains. Nous avons des écoles qui sont mal gérées, qui sont très mal gérées. Nous avons des écoles qui sont vétustes qu’il faut réhabiliter. Nous avons un système éducatif où des hommes et des femmes se sont employés pendant 30 et 40 dernières années à travailler très dur, à travailler sans rémunération et qui ont aujourd’hui l’âge d’aller à la retraite et nous avons donc l’obligation de constituer la relève… »

Mamadou Yaya Barry 

622 26 67 08 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.