Alpha Condé devant les élus locaux : ‘’les gens se battent pour être maires en pensant qu’ils vont vendre les terrains de l’Etat’’

Print Friendly, PDF & Email

Les travaux des états généraux de la décentralisation et du développement local ont démarrés ce jeudi 14 février 2019, dans les locaux du palais du peuple à Conakry. C’est le Président de la République, Pr Alpha Condé qui a donné le coup d’envoi desdits travaux en présence des présidents des institutions républicaines, des membres du gouvernement et de plusieurs cadres techniques des départements ministériels impliqués.

Organisé par le gouvernement à travers la Primature et le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, cette rencontre regroupe l’ensemble des 8 gouverneurs des régions administratives, les 33 préfets, les 342 maires des communes rurales, ainsi que l’ensemble des secrétaires communautaires.

Dans son allocution de circonstance, le président Alpha Condé n’a pas manqué de saluer les participants pour leur présence, avant de précisé : « L’organisation des états généraux de la décentralisation et du développement local est une opportunité dans la vie de notre nation. Il permet de cerner de près les réalités du terrain pour mieux lutter contre la pauvreté et changer les conditions de vie de façon radicale de nos paisibles et valeureuses populations (…) Je remarque aussi souvent que nos représentants dans les régions et préfectures ne sont pas très souvent auprès des populations. J’ai fait une tournée dans beaucoup de préfectures et sous-préfectures et j’ai constaté qu’il y avait des sous-préfectures qui n’ont jamais vu un préfet. Alors, si le président peut aller dans une sous-préfecture, comment se fait-il qu’un préfet ne peut pas y aller. Voilà donc l’une des tares de notre administration, le fait que les dirigeants sont coupés de la base. Quand ils sont coupés de la base, ils ne peuvent plus être leurs représentants. J’espère que les nouveaux élus éviteront cette tare, si on est maire ou conseillé, parce qu’on a été élu. Mais on a été élu pour refléter les préoccupations de la population et d’apporter les solutions, chose qui n’est pas souvent le cas. Donc, ces états généraux doivent être un moment de vérité ou nous devons nous parler franchement, voir quelles sont nos tares, quels nos manquements face aux demandes des populations ? Cela est important, sinon les états généraux ne serviront en rien si ce n’est pas un débat franc qui consiste à voir de quelle maladie nous souffrons et comment quérir cette maladie. Alors, je vous souhaite la bienvenue à cette importante rencontre inédite initiée par le gouvernement », dira-t-il entre autres.

Poursuivant, il a lancé un avertissement relatif à la situation des domaines qui appartiennent à l’Etat en ces termes : « Sous la première république tout était clair, la terre appartenait à l’Etat. Mais aujourd’hui, nous sommes dans une situation totalement difficile, on ne sait plus à qui appartient la terre. Donc, il est extrêmement nécessaire que nous ayons une reforme foncière. Comment voulez-vous que les gens viennent investir, quant ils auront finis de tout préparer que quelqu’un se lève pour dire non, ce terrain appartient à mon grand père. Messieurs les préfets, aucun préfet n’a la pouvoir de donner un bail à plus forte raison de donner un terrain. Mais qu’est-ce que nous avons constaté ? Il y a certains préfets qui ont vendu des terrains appartenant à l’Etat, ce qui est contraire à nos lois. Nous sommes en train de mener des enquêtes. Tout terrain vendu ou baillé de façon illégale sera récupéré par le gouvernement et nous n’indemniserons en aucun cas les terrains vendus illégalement. Par contre, si le terrain est vendu illégalement mais incluant la responsabilité de l’Etat parce que ça été fait par un fonctionnaire du Ministère de la Ville, nous indemniserons, mais nous sanctionnerons le responsable. Donc, nous prévenons les préfets et les maires. Il n’est pas question que vous vendez les terres de l’Etat. Nous allons faire un régime foncier clair parce qu’aujourd’hui, les gens se battent pour être maires en pensant qu’ils vont vendre les terrains de l’Etat et s’enrichir. Non et je vous préviens. Quiconque vendra un terrain sera poursuivi, vous n’êtes pas là pour vendre les biens du pays. Un citoyen peut vendre un terrain qui l’appartient, mais les terres d’une commune n’appartient pas au maire ni au président d’une CRD. Donc, nous allons veiller de façon stricte sur cette situation. Aucun préfet, aucun maire n’est autorisé à vendre ou à bailler un terrain désormais. Celui qui le fera sera poursuivi sans aucun état d’âme… »

Youssouf Keita, depuis le palais du peuple

+224 666 48 71 30

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.