Alpha Condé drague le Mali et le Burkina: “le port de Conakry est proche de Bamako, par rapport à Dakar, de 200 km”

Print Friendly, PDF & Email

Dans un reportage rendu public sur les ondes des médias d’Etat, le président Alpha Condé a une nouvelle fois réitéré son ambition de faire de la Guinée, la deuxième puissance économique derrière le Nigeria,  en affirmant tant qu’il vit, personne ne l’empêchera de le faire et tous ceux qui ne sont pas contents, de démissionner. Il l’a déjà dit au ministre de la Fonction publique. 

Dans cette vidéo de 7 minutes et 7 secondes, le président Alpha Condé a, pour commencer, expliqué que seul la société Rusal exporte la bauxite par le Port de Conakry et que nous attendons de trouver des solutions à cela. « Cette affaire, ce n’est pas l’affaire d’Albayrak, c’est une affaire de l’État, c’est à cause du président Poutine, sinon j’aurai pris tout simplement  un décret pour cause d’utilité publique. Parce que vous-mêmes vous savez que Conakry les camions viennent, ils vont. On avait déjà signé avec une société chinoise pour faire la contournante et les quais à l’est mais c’est une affaire de l’État. L’Union soviétique a toujours soutenu la Guinée dès le début et le président Poutine encore davantage. RUSAL est la seule société qui exporte la bauxite par le Port de Conakry, les autres sociétés c’est à Boffa et à Boké, parce que Conakry est une petite ville. Donc, nous attendons de trouver la solution et de faire les autres Ports, parce que Conakry doit être un port  uniquement  pour les marchandises. Vous voyez, nous sommes en train de déménager tous les ministères à Koloma, parce que tout monde vient et tout le monde va et ça fait un grand encombrement. Donc, nous sommes obligés de changer complètement la ville. C’est pourquoi, nous souhaitons la coopération de toutes les sociétés. Ce n’est pas Rusal face à Albayrak, c’est la nécessité du gouvernement guinéen de changer la nature de notre capitale, puisque le port de Conakry est proche de Bamako, par rapport à Dakar, de 200 km. Donc, le Port de Conakry doit être le Port pour le tout le trafic du Mali comme du Burkina. Mais cela suppose qu’on ait des quais à 14 m, qu’on ait la route et plus tard qu’on ait le chemin de fer de Conakry à Bamako jusqu’à Bobo-Dioulasso. Nous avons déjà les accords avec ces 2 pays. »

Le chef de l’État s’est encore réjoui de la progression que la Guinée est en train de faire des progrès. « La Guinée est en train d’évoluer. Vous-mêmes, vous avez vu les mesures que nous sommes en train de prendre. La Guinée a tous les moyens pour être la 2ème puissance économique après le Nigeria. Il suffit seulement que nous travaillions, nous pouvons dépasser le Sénégal,  la Côte d’Ivoire, le Ghana. Et ça, c’est mon ambition et tant que je vis, personne ne m’empêchera de le faire, j’ai dit aux ministres, aux fonctionnaires, celui qui n’est pas content, il démissionne. Mais on ira jusqu’au bout. Tous les payements, au niveau de l’administration, se feront désormais par monnaie électronique, que ça soit l’hôpital partout dans l’administration. Parce que quand on paye l’argent à l’hôpital, on ne sait pas où va l’argent. Maintenant, nous voulons que tout l’argent rentre dans les caisses de l’État, même la loterie nationale, les billets seront pris par monnaie électronique. Donc tous les payements dans l’administration se feront par monnaie électronique. »

Pour finir, le président Alpha Condé croit savoir que ce n’est pas normal qu’un pays comme la Guinée, qui est un scandale géologique, un scandale agricole, soit dans une telle situation. « Alors, nous sommes déterminés à changer cela. Et donc, moi, j’ai pris mes responsabilités. J’ai dit au ministre que ceux qui ne sont pas contents  n’ont qu’à démissionner, mais plus personne ne détournera plus un franc de l’État. Et nos partenaires privés doivent accepter ce changement. » 

Mamadou Yaya Barry

622 26 67 08 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.