Connect with us

Sport

Alpha Condé tire sur le football guinéen : le diagnostic de Bangaly Steve Touré 

Published

on

C’est la voix la plus autorisée qui parle ainsi. Après le brouhaha de tous les fiascos que le football guinéen a connu en 2019, le président de la république Alpha Condé a ainsi résumé l’année 2019…

« Vous avez trahi le peuple de Guinée… ».

Sans vouloir revenir sur l’ensemble des problèmes qui ont miné le football guinéen, le chef de l’Etat s’est montré surtout en homme très averti de la gestion du football sous la direction de Mamadou Antonio Souaré, président de la fédération guinéenne de football et du ministre des Sports Sanoussy Bantama Sow.

Il n’est pas exagéré de lire le fond de la pensée du président Alpha Condé. Rien n’a été positif dans la gestion d’Antonio Souaré et Bantama Sow en 2019.

Des campagnes sur fond de corruption à ciel ouvert et humiliation pour le pays dont les faits plus marquants sont :

-La disqualification au mondial du syli cadet à cause d’une faute de l’administration actuelle.

-Le Syli a tout sauf un contrat avec l’équipementier MACRON. La Guinée paye les maillots et en contrepartie MACRON ne donne aucun franc à la Fédération, contrairement au précédent sponsor AIRNES. L’affaire MACRON/SYLI est tout sauf un contrat de sponsoring. Les clauses de ce fameux contrat n’ont jamais été dévoilées. La preuve, la fédération est obligée de faire porter une marque locale GUISPORT aux catégories inférieures du Syli.

Toujours dans l’affaire des cadets, la fédération n’a fait aucune communication pour informer le peuple sur le verdict du TAS, dans sa requête contre la CAF.

La CAN 2019 avec son cortège de racket, les résultats de la commission d’audit annoncés par le Premier ministre ne sont jamais arrivés à destination. Autrement, tout a cédé à l’effet d’annonce. Aucun résultat définitif de cet audit n’est disponible. A quoi a-t-il déjà servi ?

L’autre chapitre qui reste ouvert se joue toujours au Tribunal Arbitral du Sport à Genève. Au centre de cette mauvaise passe, selon le comité d’éthique de la FEGUIFOOT, l’ancien vice-président Amadou Diaby qui a d’ailleurs intenté un recours contre l’institution en charge du football. Là aussi un vent de discrédit souffle sur les membres du comité d’éthique.

Aucune communication officielle au sein même de la fédération sur les actions d’Amadou Diaby contre cette même fédération.

Qui paye les quatre-vingt mille francs suisses de frais des avocats et autres charges d’Amadou Diaby au Tribunal Arbitral du Sport ?

Une question que tout le monde se pose et beaucoup de proches de la FEGUIFOOT pointent du doigt le même président Antonio Souaré. Vrai ou faux, bien malin qui y répondra.

Pour le moment, des voix s’élèvent déjà contre le bureau exécutif de la fédération accusée de ne dégager pas les moyens nécessaires pour la défense de l’institution devant le TAS.

Des paroles aux actes 

« Toute l’administration de la FEGUIFOOT est dissoute… », et après ?

Évidemment et après ? Encore un effet d’annonce le 15 juillet dernier d’Antonio Souaré, président de la fédération guinéenne du football qui a été suivi d’un tonnerre d’applaudissement. Et depuis, rien n’y fit. Les mêmes têtes continuent d’exercer les mêmes fonctions.

L’organisation du tournoi U20 de la zone Ouest-africaine et l’élimination prématurée de la Guinée n’est pas venue pour arranger les choses. Même si cela a eu le mérite de rendre opérationnel de façon partielle le stade de Nongo qui a été rebaptisé ‘’stade général Lansana Conté’’.

Le président Antonio Souaré doit changer sa méthode et ses principes de gestion du football guinéen en 2020, tel est en résumé l’esprit du président Alpha Condé. Selon un proche collaborateur du locataire de Sékhoutouréya qui a requis l’anonymat, ‘’le président Alpha Condé ne porte plus Antonio Souaré dans son cœur ». Pour le chef de l’Etat, Antonio doit apporter des résultats positifs au football guinéen et cela doit partir de la gestion rigoureuse de sa structure. Le cas Bantama Sow reste profondément complexe, au vu de la situation politique que traverse le parti au pouvoir. Un renvoi de ce dernier ne devrait pas arranger les choses, à cause de son statut d’animateur de premier plan du parti.

Qu’en est-il du comité de soutien au Syli National ? 

Aucun compte-rendu de la participation du Syli National. Nonobstant le fiasco pendant le tournoi, de l’argent a été collecté et dépensé. Et la suite ? Rien toujours !

Tous ces faits sont connus presque de tous les membres de la fédération guinéenne de football, mais hélas ! Personne n’ose lever le petit doigt pour dénoncer. Le tout dans un pays où la précarité réduit les uns et les autres à une mendicité aigue.

Heureusement que la Guinée regorge de beaucoup d’Antonio Souaré. L’histoire se rappelle de l’ancien ministre Kader Sangaré, du richissime homme d’affaires Mamadou Sylla ou autre Fodé Soumah.

C’est donc avec un cœur qui saigne que le président Alpha Condé a clôturée la saison 2019 du football guinéen.

Bangaly Steve Touré, depuis Berlin (Allemagne)

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Citation de la semaine 18 février 2020
    "Le cyclone Idai a tout détruit, nous n’avions rien. Alors, nous avons commencé à ramasser les plastiques pour gagner en peu d’argent" Pasika Gaspal, habitante de Beira (Mozambique)
  • L'UE va se déployer en Libye pour empêcher les livraisons d'armes 18 février 2020
    Les journaux allemands commentent l’accord trouvé lundi (17.02.2020) par l’Union européenne pour déployer des navires de guerre à l'est de la Libye afin d'empêcher les livraisons d'armes à ce pays. 
  • Niger : dix ans après son renversement, Mamadou Tanja a toujours des soutiens 18 février 2020
    Mamadou Tandja a été renversé par l’armée le 18 février 2010, . Ce troisième putsch, depuis la conférence nationale du 29 juillet 1991, a mis fin aux velléités de l’ancien président de vouloir se maintenir au pouvoir.
  • Racisme : Moussa Marega massivement soutenu au Portugal 18 février 2020
    Victime de cris racistes, Moussa Marega, avait quitté le terrain du Vitoria Guimarães. L'attaquant malien du FC Porto a été notamment soutenu par Marcelo Rebelo de Sousa, le président du Portugal.
  • Au Cameroun, l'impunité est la cause des violences contre les civils, selon HRW 17 février 2020
    La mort de plusieurs civils dans la zone anglophone vendredi (14.02.20) révèle une incapacité des dirigeants à juger les coupables, selon des ONG. Celles-ci demandent une enquête indépendante.
  • Au Mali, l'exploitation de l'or permet de financer les djihadistes 17 février 2020
    L’exploitation de l’or à Kidal (nord) a réduit considérablement le taux de banditisme dans la région. Mais elle permet aussi aux groupes armés et aux djihadistes souvent alliés à Al-Qaïda de se financer.
  • "Aujourd'hui, nous assistons à des attaques ciblées" (Marie-Noëlle Koyara, ministre de la défense de la RCA) 17 février 2020
    Au cours d’une interview qu’elle a accordée à la DW, la ministre centrafricaine de la défense, Marie-Noëlle Koyara, accuse les groupes armés de contrôler plusieurs régions riches en ressources naturelles.
  • Pourquoi les Européens se soucient de la Libye 17 février 2020
    L'Europe a décidé de déployer une nouvelle mission navale et contrôler l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Mais les Etats n'accordent pas la même urgence aux préoccupations concernant l'Afrique.
  • La santé au Togo, un enjeu de la présidentielle 17 février 2020
    Depuis 2017, le Togo a engagé une réforme de son système sanitaire afin d’assainir le financement des hôpitaux publics et améliorer la qualité des soins. Mais les résultats obtenus jusque-là sont jugés très insuffisants.
  • Mike Pompeo survole le Sahel et se pose au Sénégal 17 février 2020
    Pour sa première visite en Afrique subsaharienne, le secrétaire d'Etat américain ne visite aucun des pays du Sahel touchés par le terrorisme. Il défend son choix du Sénégal comme une des destinations de ce voyage.
  • Agathon Rwasa candidat à la présidentielle au Burundi 16 février 2020
    Le Conseil national pour la liberté (CNL), principal parti d'opposition au Burundi, a désigné dimanche, son président Agathon Rwasa comme candidat à la présidentielle prévue le 20 mai 2020.
  • Saint Valentin, les hommes "sous pression" 14 février 2020
    Le 14 février est la fête de l'amour. C'est l'occasion pour les couples de se retrouver. Ils doivent souvent dépenser de l'argent pour les offres de différents magasins.
  • Omar el-Béchir bientôt à la CPI ? 14 février 2020
    La presse s’est intéressée cette semaine à l’invasion des criquets dans l’est de l'Afrique et à la possibilité d’une extradition à la Haye de l’ex-président soudanais Omar el-Béchir.
  • Le sexe dans tous ses états 14 février 2020
    Le magazine Santé démarre l'année sous la couette avec une série sur le sexe. Quatre émissions avec reportages et interviews pour en savoir plus sur les relations intimes et l'orgasme - et les moyens d'y parvenir.
  • L'armée malienne fait son retour à Kidal 14 février 2020
    L'armée malienne est enfin arrivée à Kidal ce jeudi (13.02.20), ville contrôlée depuis 2012 par la Coordination des mouvements de l'Azawad. Le détachement comprend près de 300 soldats.
  • Conférence de Munich : l’influence de l'Europe en débat 14 février 2020
    La perte d’influence de l’Occident semble s’imposer à cette conférence sur la sécurité. Mais les relations avec les Etats-Unis, le poids de Moscou et de Pékin, ainsi que la protection des données seront aussi discutés.
  • Es Tunis-Zamalek, alléchante affiche de Supercoupe de la CAF 14 février 2020
    Ce soir, à Doha (Qatar), le club tunisois (double tenant du titre en C1) affronte le géant cairote (vainqueur de la Coupe de la Confédération) dans un duel qui s'annonce passionnant.
  • Le calvaire des commerçants sur la route Abuja-Kaduna 13 février 2020
    Les villes nigérianes d'Abuja et de Kaduna sont distantes de seulement 200 km. L'insécurité sur le tronçon a conduit les autorités à installer une ligne aérienne. Or cette solution n'aide pas pour autant des commerçants.
  • Rester en exil ou rentrer ? Le dilemme des réfugiés burundais 13 février 2020
    Depuis que le parti au pouvoir au Burundi l'a choisi comme son candidat à la présidentielle, les regards se tournent vers Evariste Ndayishimiye. Certains exilés attendent des gestes clairs avant de décider de rentrer.
  • Bombardements alliés à Dresde, 75 ans déjà ! 13 février 2020
    L'Allemagne commémore ce jeudi 13 février 2020 le bombardement, il y a 75 ans, de la ville de Dresde. Un anniversaire marqué par des tentatives d'instrumentalisation de l'extrême droite.