Le président Alpha Condé veut un « pacte » avec la presse

Le président Alpha Condé a de nouveau rencontré la presse ce vendredi dans un réceptif hôtelier de la place. Objectif: échanger avec elle sur la situation en Guinée et ailleurs. La rencontre initiée par « les deux complices » Tibou-Kiridi, pour reprendre les mots du chef de l’Etat, a mobilisé de nombreux journalistes et autres curieux.

Dans son intervention, Tibou Kamara, tout nouveau conseiller avec rang de ministre d’Etat a magnifié le président Alpha Condé pour son « combat pour la démocratisation du pays ».

Pour M. Kamara, « Alpha Condé est un ami de la presse, le présenter autrement serait une injustice à l’égard de celui qui a tout donné pour l’émancipation de son peuple et des Africains. »

Selon Tibou, le président sera toujours aux côtés des journalistes qui, à leur tour, doivent être au service de la République.

tibou
Tibou Kamara, organisateur en chef de la rencontre…

Visiblement très touché par les mots très flatteurs à son égard, le président de la République, au pupitre, a indiqué qu’il fera tout pour défendre la liberté de la presse. Il a rappelé ses moments de difficulté quand la presse le chouchoutait. Il dit ne garder aucune haine contre les journalistes, « même contre ceux qui passent le clair de leurs temps à me brocarder ». Sinon, dit-il, des pays comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou ailleurs (…), des journalistes sont en prison pour diffusion de fausses informations. « Mais, moi je laisse faire pourtant le chef de l’Etat est protégé contre les injures ».

Il a ensuite invité les professionnels de la Communication à jouer aussi leur rôle de sensibilisation des populations. Citant l’anarchie dans laquelle baigne aujourd’hui la capitale Conakry: saleté, insécurité et voiries complètement cassées.

La grève des enseignants n’a pas échappé au chef de l’Etat qui a parlé de « mauvaise foi », pour le reprendre, des grévistes. « Ce sont eux-mêmes qui ont proposé cette forme d’évaluation des fonctionnaires. Si aujourd’hui, ils réclament autre chose, je ne comprends plus ».

Plus loin, il a promis de changer la donne à l’Union africaine en tant que nouveau président de la plus prestigieuse institution du continent. D’abord, dit-il, les réformes pilotées par le président Kagame seront suivies d’effet et l’Union africaine va arrêter d’être financée à partir de l’extérieur.

« Comment-voulez-vous qu’on nous prenne au sérieux si l’UA est toujours financée de l’extérieur. Tout ça va s’arrêter. L’Afrique en a les moyens « , assure-t-il. Pour mener à bien sa mission, le locataire du palais Sékhoutouréya a invité la presse guinéenne à l’accompagner. Non sans rappeler que sa promotion est surtout le fruit du beau parcours de la Guinée, ce pays, rappelle-t-il, qui a été membre fondateur de l’ex-OUA, devenue UA. Alpha Condé a aussi exprimé son inquiétude vis-à-vis de la menace grandissante des réseaux sociaux qui, a ses yeux, échappent à tout contrôle [pour le moment]. « C’est à la presse de rétablir la vérité », martèle-il.

Comme pour annoncer l’idylle avec la presse , il se dit prêt à une nouvelle rencontre pour la signature d’un « pacte » accepté par toutes les parties. Nous y reviendrons (avec la vidéo)

Par Mediaguinee

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.