Amensty Internatinal prise au piège de ses contradictions raciales (rapport)

Print Friendly, PDF & Email

Londres – Amnesty International (AI) a une culture de privilège blanc avec des incidents de racisme manifeste, qui mettent l’ONG devant ses propres contradictions, selon un

examen interne de son secrétariat international.

Le journal britannique “The Guardian” rapporte, mardi, que huit employés actuels et anciens d’AI au Royaume-Uni (AIUK) ont décrit leurs propres expériences de discrimination raciale et publié une déclaration appelant les hauts responsables à démissionner.

“Nous avons rejoint Amnesty dans l’espoir de faire campagne contre les violations des droits humains, mais nous avons plutôt été déçus en réalisant que l’organisation avait en fait contribué à les perpétuer”, a déclaré Katherine Odukoya, l’une des dénonciatrices.

Les représentants des deux branches de l’organisation de défense des droits de l’homme basée au Royaume-Uni se sont

excusés et se sont engagés à apporter des changements, le directeur de l’AIUK citant “le fait inconfortable que nous n’ayons pas été assez bons”.

L’examen interne du secrétariat international d’AI, commandé à la suite du mouvement Black Lives Matter, a recensé plusieurs exemples de travailleurs rapportant des allégations de racisme.

Evoquant l’utilisation de termes impropres par de hauts responsables d’AI, le rapport fait état de préjugés systémiques, y compris l’interrogation du personnel noir sans justification, et la mise à l’écart de projets de personnel appartenant à des minorités ethniques.

Le rapport signale un manque de sensibilisation ou de sensibilité aux pratiques

religieuses entraînant des commentaires et des comportements problématiques, ainsi qu’un comportement agressif et méprisant, en particulier par courrier électronique et souvent dirigé vers le personnel des bureaux de l’hémisphère sud de la planète.

Citant le meurtre de George Floyd, AI a indiqué, dans un e-mail en juin 2019, que le racisme était inscrit dans le “modèle organisationnel” de l’organisation des droits de l’homme, qui avait été façonné par la “dynamique coloniale et les frontières” qui étaient “fraîches” au moment de sa fondation en 1961.

“Malgré quelques changements notables et durement gagnés ces dernières années, le contrôle et l’influence sur nos ressources, la prise de décision … sont restés majoritairement entre les mains de

personnes de la majorité blanche du Nord”, a révélé le rapport.

Il a fait état de préjugés et d’insensibilité dans la façon dont certaines personnes étaient traitées au secrétariat international – le bras de l’organisation qui définit la politique et embauche des chercheurs de centres à travers le monde.

Le conseil a ensuite informé le personnel qu’un examen indépendant aurait lieu et au cours des mois suivants, des experts du cabinet de conseil Howlett Brown ont effectué un “contrôle de température”.

Les experts ont eu accès à des sondages auprès du personnel et ont organisé six groupes de discussion composés de 51 employés, dont deux exclusivement occupés par du personnel noir.

Publié en octobre 2020 mais non communiqué par la presse, le rapport interne de 46 pages de Howlett Brown, a conclu que l’image externe du secrétariat international d’Amnesty était différente de sa face interne.

Les experts ont recommandé que pour résoudre les problèmes, il faudrait reconnaître les “privilèges systémiques existants”.

L’équipe dirigeante de la coalition d’Amnesty International s’est dite “dégrisée” par les résultats, ajoutant que “c’est un rappel opportun que la discrimination, le racisme anti-noir existent dans notre organisation”.

Dans une déclaration publiée parallèlement au rapport, la même équipe estime que ce

rappel “a mis en évidence à la fois l’étendue et la nature systématique du racisme et indique que nous devons nous attaquer au privilège des Blancs partout où il existe”.

Par ailleurs, le personnel de l’AIUK, également basé à Londres mais disposant d’une structure d’emploi distincte du secrétariat international, a fait état d’expériences de discriminations raciales similaires à la culture du secrétariat international.

Certains ont déclaré au Guardian se sentir “déshumanisés” à cause de leur race et de leur appartenance ethnique pendant un certain nombre d’années, d’autres faisant état de griefs officiels.

Dans une déclaration commune, deux employés actuels et six anciens employés de

l’AIUK ont appelé le directeur, l’équipe de direction et le conseil d’administration à démissionner, affirmant que les dirigeants “avaient sciemment confirmé le racisme et avaient fait du tort au personnel issu de minorités ethniques”.

C’est le cas d’Odukoya qui a assuré, qu’en tant que femme noire, elle était constamment épuisée mentalement à naviguer dans un environnement “hostile à la noirceur”.

“Il existe une culture hégémonique de la classe moyenne blanche qui semble être protégée et reproduite. Le privilège des Blancs était omniprésent”, a-t-elle dit.

En 2019, elle a soulevé un grief concernant la discrimination raciale et sexuelle, alléguant qu’elle avait été manipulée pour travailler

incorrectement au-dessus de son niveau de rémunération.

Kieran Aldred (31 ans) a affirmé que le leadership de l’AIUK était activement préjudiciable au personnel d’origine ethnique minoritaire, souvent négligé pour les promotions, alors que les révisions salariales favorisent systématiquement les hauts dirigeants blancs à hauts revenus.

“Travailler pour AIUK a détruit ma confiance en moi, ma croyance en mes capacités. Je ne pensais pas être suffisamment qualifié pour faire mon travail, qu’aucune organisation ne m’embaucherait, encore moins me promouvrait, et je souffrais de dépression et d’anxiété persistantes”, a déclaré Aldred.

Kate Allen, la directrice de l’AIUK, s’est excusée, affirmant qu’il s’agissait de

préoccupations graves et stimulantes et, bien qu’elle ne puisse pas discuter de cas individuels, les allégations de discrimination seraient prises au sérieux et feraient l’objet d’une enquête.

“Nous savons que le racisme institutionnel existe au Royaume-Uni et, comme toute autre organisation, nous ne sommes pas à l’abri de ce problème réel”, a-t-elle dit.

En réponse au rapport Howlett Brown, elle a assuré que le secrétariat international avait également pris des mesures importantes pour donner suite à ses conclusions.

Amnesty International a déclaré qu’elle s’excusait de tout cœur auprès de tout membre du personnel victime de discrimination, ajoutant que les comptes rendus détaillés dans le rapport Howlett

Brown étaient “inacceptables”.

En février 2019, il a été révélé qu’Amnesty International avait un environnement de travail “toxique”. Un examen de la culture du lieu de travail, commandé après le suicide de deux membres du personnel en 2018, a révélé des brimades généralisées.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.