An 11 des massacres du stade : ‘’l’Etat n’a pas la volonté de tenir le procès’’ (Asmaou)

Print Friendly, PDF & Email

28 septembre 2009-28 septembre 2020. Il y a de cela 11 ans, jour pour jour que des Guinéens qui protestaient à l’appel des forces vives contre un maintien au pouvoir du capitaine Moussa Dadis Camara étaient massacrés au stade de de Conakry.

Joint au téléphone à cet effet, la présidente de l’AVIPA, sans langue de bois, a indiqué que le gouvernement n’a pas la volonté de tenir le procès.  

« Nous continuons de réclamer justice à l’Etat, l’instruction a été fermée, rien ne peut empêcher à ce jour la tenue du procès, on avait dit juin 2020, mais la date est passée, ils n’ont même pas parlé de ça. Lors de notre dernière rencontre avec le ministre de la Justice, il nous avait dit qu’il attendait le programme des magistrats, certes c’est comme ça que ça devrait se faire, mais comme c’est politique, il devrait prendre le devant. Nous attendons, puisque la cour pénale international (CPI) avait dit que si la Guinée ne peut pas tenir le procès, il va prendre les choses en main.  Vu ce qui a précédé, je dirais que l’Etat n’a pas la volonté, sinon le procès allait être tenu il y a longtemps. Le gouvernement avait dit pour un début que c’était un problème d’argent, les ambassades se sont engagées et le gouvernement s’est engagé par après mais en vain, mais ils n’ont pas la volonté. Si ça continue, il y aura une autre alternative même si c’est avec la CPI », affirme Asmaou Diallo.   

Regrettant que le président de la république qui a été l’un des organisateurs de ce rassemblement, ne parle de ces massacres.

« Je n’ai jamais parlé avec le président de la république de ces évènements, il ne veut même pas parler de ça. Si ce procès est tenu en son temps, c’est normal, si ce n’est pas le cas ça ne nous surprend pas », conclut-elle.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.