Anna Jarvis : la femme qui a regretté avoir créé la fête des mères

Print Friendly, PDF & Email

La femme responsable de la création de la fête des mères, célébrée dans de nombreux pays le deuxième dimanche de mai, aurait approuvé les modestes célébrations susceptibles d’avoir lieu cette année. La transformation de cette journée en une fête commerciale l’a horrifiée – au point qu’elle a même fait campagne pour qu’elle soit annulée.

Lorsqu’Elizabeth Burr a reçu un appel téléphonique il y a quelques jours de quelqu’un qui lui posait des questions sur son histoire familiale, elle a d’abord pensé qu’elle avait été victime d’une escroquerie. Je me suis dit : “OK, mon identité a été volée, je ne reverrai plus jamais mon argent”, dit-elle.

En fait, l’appel provenait d’un chercheur en histoire familiale qui était à la recherche des parents vivants d’Anna Jarvis, la femme qui a fondé la fête des mères aux États-Unis il y a plus d’un siècle.

Anna Jarvis était issue d’une fratrie de 13 enfants, dont quatre seulement ont atteint l’âge adulte. Son frère aîné était le seul à avoir des enfants, mais beaucoup sont morts jeunes de la tuberculose et son dernier descendant direct est mort dans les années 1980.

Elisabeth Zetland de MyHeritage a donc décidé de chercher des cousins germains, et c’est ce qui l’a conduite à Elizabeth Burr.

Lorsqu’Elizabeth a été rassurée sur la sécurité de ses économies, elle a raconté à MyHeritage que son père et ses tantes n’avaient pas célébré la fête des mères lorsqu’ils étaient jeunes – par respect pour Anna, et parce qu’elle avait le sentiment que son idée avait été détournée pour servir des intérêts commerciaux et avilie.

Anna Jarvis a hérité de sa propre mère, Ann Reeves Jarvis, la campagne pour une journée spéciale dédiée à la célébration des mères.

Mme Jarvis avait passé sa vie à mobiliser les mères pour qu’elles s’occupent de leurs enfants, explique l’historienne Katharine Antolini, et elle voulait que le travail des mères soit reconnu.

“J’espère et je prie pour que quelqu’un, un jour, trouve une journée commémorative des mères en sa mémoire pour le service inégalable qu’elle rend à l’humanité dans tous les domaines de la vie. Elle y a droit”, a déclaré Mme Jarvis.

Elle était très active au sein de l’Église épiscopale méthodiste, où, à partir de 1858, elle a dirigé des clubs de travail pour la fête des mères afin de lutter contre les taux élevés de mortalité infantile et juvénile, principalement dus aux maladies qui ravageaient leur communauté à Grafton, en (…)

lire la suite de l’article sur BBC en cliquant ici

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.