Appel à la résistance du FNDC à Labé : 7 sur 13 sous-préfets chassés !

Print Friendly, PDF & Email

Sur les 13 sous-préfets que comptent  la préfecture de Labé, sept (7) manquent à l’appel depuis l’appel à la résistance active et citoyenne déclenché par le front  nationale pour la défense de la constitution (FNDC).

Au micro de notre reporter, le sous-préfet  de Popodara est revenu sur les conditions dans lesquelles il a récemment pris la fuite dans la localité qu’il a administrée pendant 9 ans, avant de revenir sur le nombre des localités qui sont concernées.

« Je me suis retrouvé devant un fait. Le jeudi le saint de Sagalé était à Popodara, après la prière de 13 h 30, il y avait beaucoup de personnes. Cest là-bas que les gens ont constaté que j’étais a Popodara puisque le 22 décembre, j’ai quitté Popodara pour Kankan et suis revenu le 1er janvier. Donc, c’est le jeudi que les gens ont constaté que j’étais à Popodara, dans les environs de 15 heures. J’ai été alerté de me mettre à l’abri et que les gens veulent venir saccager chez-moi. C’est ainsi que j’ai informé le maire, le vice-maire, et le responsable de la jeunesse qui sont venus me dire que ce qui se passe est loin d’être leur consentement. Donc, venez avec nous pour vous mettre à l’abri. C’est ce qui fut fait.  Ce n’est pas dans la toute la région que des sous-préfets ont été chassés. A Tougué, les sous-préfets n’ont pas été chassés. C’est le même cas à Koubia, Mali et Lélouma où aucun sous-préfet n’a été inquiété. A Labé, il n’y a que 7 sous-préfets qui ont été chassés. De 2009 à l’heure où je vous parle, je suis à Popodara, je suis le seul sous-préfet qui a fait 9 ans là-bas », explique-t-il.

Interrogé sur son éventuel retour dans cette juridiction située à une dizaine de kilomètres de Labé, il a précisé : « Je suis un administrateur. C’est soit à Popodara ou ailleurs, L’Etat peut me dire d’aller, je ne peux dire que je ne suis prêt à aller, amener moi quelque part. De toutes les façons, laisser le temps au temps. Mas il faut que ma sécurité soit assurée », dit Aly Konaté.

Dans le même sillage, le sous-préfet de Dalein quant à lui, nous confie que « je ne vais pas tant que la hiérarchie ne me dit pas de partir parce qu’il ne faut pas aller là-bas et avoir des problèmes. C’est un groupe de jeunes qui est venu me dire de partir et j’ai pris ma moto pour rebrousser chemin. Je suis venu à Labé et j’attends la décision de la hiérarchie. Ils ont même barricadé les portes de mon bureau et ma résidence », nous confie Baba Sow.

Quant au sous-préfet de Tountouroun que nous avons joint au téléphone, il dit ne pas vouloir réagir par peur de représailles. « Je n’ai pas eu le courage de réagir par rapport à cette situation. J’ai peur  de beaucoup de choses,  des représailles de la population et autres, avec cette situation ce n’est pas évident », dira entre autres Mamadou Aliou Diallo.

A noter que les localités qui sont concernées par cette situation sont entre autres Diari, Dalein, Dionfo, Popodara, Tountouroun, et Hafia.

Nous y reviendrons !

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.