Appel à la résistance du FNDC : le Ministère de la Sécurité parle de nombreux dégâts enregistrés

Print Friendly, PDF & Email

Malgré l’interdiction formelle des autorités administratives conformément à la loi, les membres du FDNC ont tenté d’organiser des perturbations dans certaines localités de Conakry et de l’intérieur du pays, en érigeant des barricades, en incendiant des véhicules et en déversant de l’huile de vidange sur la chaussée.

A Conakry, il a été constaté un nouveau mode opératoire consistant à incendier des véhicules à divers endroits pour créer un sentiment d’insécurité. A ce titre, sept (07) ont été incendiés par des personnes non identifiées après avoir déversé de l’essence sur lesdits véhicules. S’agissant du déversement de l’huile de vidange sur la chaussée, un minibus et des conducteurs de motos se sont renversés aux ponts Kissosso-Enta dans la commune de Matoto et Nongo dans la commune de Ratoma faisant des blessés et des dégâts matériels.

A l’intérieur du pays : Après vérification auprès du Préfet aucun incident n’a été signalé à Coyah. Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a constaté la persistance des attaques contre les édifices publics notamment à Dalaba où le Commissariat Central de Police a été saccagé et pillé, trois (03) PMAK et deux (02) SKS emportées, la prison civile cassée 17 prévenus placés sous mandat de dépôt libérés.

Il est à préciser que les armes emportées étaient rangées dans le magasin d’armement où les agents n’ont pas accès à cause de l’interdiction formelle de la détention et de l’usage des armes létales en maintien d’ordre.

Il a été également constaté que des images faisant état de destruction de rails à Kollaboui sont rependues sur les réseaux sociaux donnant l’impression de l’arrêt du train minéralier alors que celui-ci fonctionne normalement.

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile tient à prévenir les auteurs de ces agissements et de ces fausses informations qu’il s’agit d’infractions dont les peines peuvent aller jusqu’à la réclusion criminelle. Plusieurs entre eux ont déjà été soit interpellés soit identifiés.

Conclusion : Les forces de l’ordre ont réagi sur tout le territoire national dans le respect des lois et de la réglementation. Tous les cas de violences et des voies de fait ont été dument documentés et transmis à la Justice. Une recherche active des armes dérobées a été lancée et les auteurs et commanditaires de cette grave atteinte à l’autorité de l’Etat sera sévèrement sanctionnée.

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile.

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.