Connect with us

Politique

Appel à la trêve politique du MPR

Published

on

Si la politique ne consiste pas à accéder au pouvoir de la base au sommet pour se remplir les poches ; si elle sert a largement les moyens pour répondre aux problèmes de la cité, le Mouvement Pour la République (MPR), appelle à une trêve politique.

Après les secousses et turbulences occasionnées par l’épidémie à virus Ebola dans tous les secteurs de la vie nationale, grâce à Dieu, la Guinée est Ebola free.

Les plus grandes victimes restent désormais l’économie et le développement qui ont pris un coup sérieux.

En ce jour, lendemain de la nuit du destin, pour le MPR, l’heure est désormais à la réal politique pour améliorer davantage le destin commun des Guinéens.

Dans l’environnement politique et dans le dialogue social, l’unique constante reste la « suspicion », le citoyen ne sait plus ce que veut dire ; mouvance – opposition – syndicat.

En lieu et place de débats constructeurs qui donnent des réponses aux préoccupations majeures des citoyens, les sujets d’actualité restent entre autres :

  • Elections communales ;
  • Diminution du prix du carburant à la pompe ;
  • La gestion des querelles internes dans les deux partis politiques ;
  • Le troisième mandat, etc.

Au même moment la priorité reste la relance de l’économie pour financer le développement. Pour le MPR, la priorité reste la mobilisation générale des ressources internes et externes pour financer la relance de l’économie post Ebola.

Le MPR salue les efforts du gouvernement dans la négociation des facilités avec les institutions financières internationales ainsi que l’esprit de sacrifice dont a fait preuve le mouvement syndical pour l’atteinte de ces objectifs.

La politique a tendance à être le fonds de commerce le plus important pour accéder à des positions et faire de chaque service de recettes ou de dépenses de l’Etat, une société anonyme unipersonnelle qui a pour concurrent ou « ennemi », le secteur privé guinéen.

Ensemble, nous devons cesser de jouer avec l’avenir de nos enfants en arrêtant de créer des scénarios et les faux débats qui n’ont pour objectif que de mener le pays vers le chaos.

Les préoccupations des citoyens sont détournées.

Le MPR est convaincu que si une consultation nationale était organisée aujourd’hui sur les 5 priorités des citoyens, les élections communales – législatives et présidentielles n’y figureront pas.

Ce qui tient à cœur au MPR, c’est une “trêve politique. Mais de quoi s’agit-il ?

  1. Inviter l’Assemblée Nationale et la Cour Constitutionnelle à voir la possibilité de maintenir les délégations spéciales dans leurs configurations actuelles jusqu’en 2020 ; prolonger le mandat de l’assemblée exceptionnellement jusqu’en 2020 ; organiser des élections générales en 2020.
  2. Restructurer et doter la CENI de tous les moyens nécessaires à l’organisation desdites élections générales.
  3. Rendre obligatoire la candidature de tous les partis politiques auxdites élections en les dotant de moyens financiers. A l’issue des scrutins, retenir les 3 premières formations politiques comme seules agréées en République de Guinée et donner la possibilité aux autres de fusionner avec un des trois partis de leur choix.

Le MPR appelle ainsi, à l’ouverture d’un débat de fond, franc et sincère car les générations d’acteurs politiques et sociaux passent et se renouvellent, mais la Guinée continuera à exister.

La Guinée appartient à tous les Guinéens, même à ceux qui nous ont menés successivement à la faillite. Nous devons aller de l’avant et construire les institutions, par les vertus du dialogue inclusif.

Pour le MPR, l’objectif de cette démarche est d’aller vers un État de droit, un État des institutions.  Il est temps de libérer les énergies et créer un appel d’air pour la Guinée de demain.

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens.

Le MPR

Conakry, le 02 juillet 2016

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

0 Comments

  1. Gill

    3 juillet 2016 at 16 h 53 min

    M. Traore est vraiment touchant en se prononçant ainsi dans un pays où la médiocrité est la chose la mieux partagée au sein même du personnel politique. Les Guinéens les plus nuls sont dans la politique et ce monsieur (qui est loin d’être un modèle de vertu) vient de le démontrer une nouvelle fois !
    Mon cher Traoré, le problème est ailleurs et vous le posez très mal. Réformez le système éducatif, cherchez des consultants ou assistants techniques compétents, quelles que soient leurs nationalités, pour remplacer vos faux instituteurs et faux professeurs, nettoyez l’université ; n’y admettez que des universitaires (minimum PHD avec mention Très honorable), mettez en place des programmes de formation pour les petits ouvriers, petits commerçants (avec un certificat sanctionnant la sortie de la formation), sanctionnez les fautes commises par les citoyens quels que soient leurs rangs et leurs responsabilités, remplacez vos épiceries péjorativement appelées “banques” par de vraies institutions bancaires, apprenez à respecter la parole donnée, respectons nous et aimons nous et vous verrez que ce pays va changer qualitativement. Les gens seront à partir de là plus aptes à discuter de qualité de vie, à chercher à venir au secours de leurs voisins et leurs compatriotes, à protéger jalousement leur environnement et les intérêts supérieurs de la Guinée ; ils cesseront d’avoir des attitudes négatives qui plombent le développement de ce pays. Mais vous préférez maintenir les gens dans l’obscurantisme, vous refusez de rééduquer le Guinéen, vous restez à cacher comme des marchands à la petite semaine les sources de financement de vos partis politiques, vous n’y instaurez aucun système véritablement démocratique, vous continuez à tolérer les adhésions ethniques et les prétendues “Coordinations nationales”, vous restez aveugles et sourd quand il s’agit de regarder la vérité en face, de l’écouter et de la dire ; vous continuez à rire jaune quand un juge malhonnête rend des décisions de justices iniques, vous bottez lâchement en touche quand un homme en tenue se livre à des pratiques qui salissent son honneur, comme s’il ne fallait pas agir pour que force revienne à la loi ; vous n’êtes nullement révoltés par l’injustice, les détournements de deniers publics, le gaspillage éhonté, le culte de la personnalité dans tous les partis politiques ; vous n’êtes jamais choqué par l’attitude des nouveaux riches puant le vulgaire qui, pour la plupart ponctionnent les maigres ressources d’un Etat incapable de s’organiser pour garantir un avenir à ceux qui croient en lui. Au lieu de poser les vrais problèmes, vous bifurquez dans les raccourcis paresseux et pathétiques ! Les Guinéens ont besoin d’autre chose Monsieur Traoré : de personnalités honnêtes et humbles, travailleuses et efficaces, compétentes et dont le comportement éthique est une réalité de tous les jours. Des leaders capables de développer une vraie vision, des hommes politiques qui observent un minimum de morale, de fonctionnaires bien formés et conscients de leur rôle fondamental dans la confiance qu’un citoyen doit vouer à son Etat. Les Guinéens ont besoin d’hommes politiques civilisés, raffinés, éduqués, pas de paons qui insultent, vilipendent, se jettent des peaux de bananes en s’affichant avec des moins que rien, en surfant sur des arguments aussi immoraux que désastreux pour l’unité nationale. Ce pays n’a pas d’autre choix que de comprendre que le train du monde n’attendra jamais son wagon. C’est quand même incroyable que les gens puissent continuer à accepter qu’on les infantilise à un point qu’on est en droit de se demander s’ils ont encore le sens de la douleur…
    Tout cela est bien rageant mais la réponse passe par de vraies solutions, pensées avec rigueur, exécutées avec courage et contrôlées par des gens d’honneur. L’honneur, la dignité, le sérieux a fui ce pays depuis longtemps et le mouvement, Monsieur Traoré, a d’abord été amorcé par vous les politiciens, pardon des alchimistes qui nous fatiguez et vous moquez de notre intelligence.

  2. Gill

    4 juillet 2016 at 0 h 59 min

    M. Traore est vraiment touchant en se prononçant ainsi dans un pays où la médiocrité est la chose la mieux partagée au sein même du personnel politique. Les Guinéens les plus nuls sont dans la politique et ce monsieur (qui est loin d’être un modèle de vertu) vient de le démontrer une nouvelle fois !
    Mon cher Traoré, le problème est ailleurs et vous le posez très mal. Réformez le système éducatif, cherchez des consultants ou assistants techniques compétents, quelles que soient leurs nationalités, pour remplacer vos faux instituteurs et faux professeurs, nettoyez l’université ; n’y admettez que des universitaires (minimum PHD avec mention Très Honorable), mettez en place des programmes de formation pour les petits ouvriers, petits commerçants (avec un certificat sanctionnant la sortie de la formation), sanctionnez les fautes commises par les citoyens quels que soient leurs rangs et leurs responsabilités, remplacez vos épiceries péjorativement appelées « banques » par de vraies institutions bancaires, apprenez à respecter la parole donnée, respectons nous et aimons nous et vous verrez que ce pays va changer qualitativement. Les gens seront à partir de là plus aptes à discuter de qualité de vie, à chercher à venir au secours de leurs voisins et leurs compatriotes, à protéger jalousement leur environnement et les intérêts supérieurs de la Guinée ; ils cesseront d’avoir des attitudes négatives qui plombent le développement de ce pays. Mais vous préférez maintenir les gens dans l’obscurantisme, vous refusez de rééduquer le Guinéen, vous restez à cacher comme des marchands à la petite semaine les sources de financement de vos partis politiques, vous n’y instaurez aucun système véritablement démocratique, vous continuez à tolérer les adhésions ethniques et les prétendues « Coordinations nationales », vous restez aveugles et sourds quand il s’agit de regarder la vérité en face, de l’écouter et de la dire ; vous continuez à rire jaune quand un juge malhonnête rend des décisions de justice iniques, vous bottez lâchement en touche quand un homme en tenue se livre à des pratiques qui salissent son honneur, comme s’il ne fallait pas agir pour que force revienne à la loi ; vous n’êtes nullement révoltés par l’injustice, les détournements de deniers publics, le gaspillage éhonté, le culte de la personnalité dans tous les partis politiques ; vous n’êtes jamais choqués par l’attitude des nouveaux riches puant le vulgaire qui, pour la plupart, ponctionnent les maigres ressources d’un Etat incapable de s’organiser pour garantir un avenir à ceux qui croient en lui. Au lieu de poser les vrais problèmes, vous bifurquez dans les raccourcis paresseux et pathétiques ! Les Guinéens ont besoin d’autre chose Monsieur Traoré : de personnalités honnêtes et humbles, travailleuses et efficaces, compétentes et dont le comportement éthique est une réalité de tous les jours. Des leaders capables de développer une vraie vision, des hommes politiques qui observent un minimum de morale, des fonctionnaires bien formés et conscients de leur rôle fondamental dans la confiance qu’un citoyen doit vouer à son Etat. Les Guinéens ont besoin d’hommes politiques civilisés, raffinés, éduqués, pas de paons qui insultent, vilipendent, se jettent des peaux de bananes en s’affichant avec des moins que rien, en surfant sur des arguments aussi immoraux que désastreux pour l’unité nationale. Ce pays n’a pas d’autre choix que de comprendre que le train du monde n’attendra jamais son wagon. C’est quand même incroyable que les gens puissent continuer à accepter qu’on les infantilise à un point tel qu’on est en droit de se demander s’ils ont encore le sens de la douleur…
    Tout cela est bien rageant mais la réponse passe par de vraies solutions, pensées avec rigueur, exécutées avec courage et contrôlées par des gens d’honneur. L’honneur, la dignité, le sérieux a fui ce pays depuis longtemps et le mouvement, Monsieur Traoré, a d’abord été amorcé par vous les politiciens, pardon des alchimistes qui nous fatiguez et vous moquez de notre intelligence.

Laisser un commentaire

Publicités