Appel à résister du FNDC : ‘’le mot d’ordre n’a pas été observé à Kolaboui, hier. Les images qui circulent sont fausses’’ (sous-préfet)

Print Friendly, PDF & Email

Alors que le bruit court sur les réseaux sociaux que des manifestations ont eu lieu hier mercredi à Kolaboui avec un minibus brûlé, le sous-préfet est sorti de son silence pour démentir ce qu’il considère comme du faux.

Joint au téléphone par Mediaguinée, Mamadouba YaKha Camara a déclaré mercredi qu’aucune manifestation n’avait été observée dans sa sous-préfecture. Selon lui, des dispositifs sécuritaires ont été mis en place depuis 5 heures du matin en vue de dissuader les semeurs de trouble.  Il menace de porter plainte contre un certain Tibou Diaby qu’il accuse de colporter de fausses informations sur les réseaux sociaux.

« Je veux rectifier une certaine image qui a été publiée par un certain Tibou Diaby de Kolaboui, du secteur karéki, un instigateur numéro un. Nous, on va porter plainte contre lui. Il n’a pas d’arguments pour se justifier, il fait du copy/paste. Technologiquement, il monte des trucs, il nous présente des cars ‘’magbana’’, il met le feu là-dessus et il dit Kolaboui en action, pendant que c’est faux. Depuis 5 heures du matin, on a mis les dispositifs sécuritaires en place. A 3 heures du matin, il y avait un groupe de jeunes en provenance d’une soirée récréative qui ont tenté de brûler des pneus mais très malheureusement pour ces gens, les forces de sécurité étaient sur les points et ils ont été dissuadés. Depuis 5 heures du matin donc jusqu’à maintenant-là, moi je viens de rentrer, la circulation à Kolaboui était fluide. Le mot d’ordre de manifestation n’a pas été observé à Kolaboui. A Kolaboui, il ne s’est rien passé de grave. Il faut que les Guinéens arrêtent de mentir. Lui [Tibou Diaby] étant assis à Conakry, il prend des images, il colmate, il monte pour justifier à ces détracteurs qui lui ont donné de l’argent pour manipuler. Cependant à Kolaboui rien ne s’est passé. Même un coq n’est pas sorti pour dire que nous protestons, nous manifestons. A Kolaboui depuis le matin la circulation est fluide, les gens vaquent à leurs affaires. Les boutiques étaient fermées jusqu’à 13 heures mais maintenant toutes les boutiques sont ouvertes, je vous confie ça maintenant. Aucune manifestation, aucun regroupement, rien de spécial n’a eu lieu à Kolaboui. Ce Tibou Diaby, s’il débarque ici, je le connais, je porterai plainte contre lui. L’autre fois aussi c’est comme ça il a balancé les vidéos et il dit qu’on a démantelé les rails. Quand le ministre m’a appelé, je lui ai dit : ‘’monsieur le ministre, pendant qu’on parle là c’est le train qui passe comme ça. Quand les rails sont démantelés, est-ce que le train passe ?’’ Cette jeunesse a quelle capacité, quel moyen pour démanteler les rails ? Ce ne sont que des copy/paste et puis on balance pour faire comprendre à ceux-là qui les financent qu’ils sont sur le terrain et semer des troubles. Puisqu’ils n’ont pas d’arguments, lui (Tibou) il est assis à Conakry il fait des montages, c’est faux. Si vous avez des relations à Kolaboui, appelez cinq ou six personnes, si on vous dit qu’à Kolaboui il y a eu manifestation alors ne me croyez plus. Ce qui s’est passé réellement c’est ce que je vous ai dit, l’acte qui a eu lieu à 3 heures du matin n’a même pas fait 5 secondes parce que les enfants ont tenté de mettre le feu aux pneus mais ont été vite dissuadés », a-t-il déclaré.

Contacté, Tibou Diaby, soupçonné d’être le meneur de cette contestation à Kolaboui  soutient que sa localité a bien protesté hier.

« Vous connaissez bien ce pays-là et savez en âme et conscience comment l’État ment ici. Le sous-préfet est le prolongement de l’État ici à Kolaboui. Tout ce qui se passe, vous pouvez vérifier, il y a des logiciels pour ça si c’est monté ou quoi. Tout ce qui se passe ici c’est des faits réels. Tout de suite là même nous allons sortir encore dans la rue. Si vous avez des reporters ici, envoyez-les à Kolaboui ici c’est aussi simple que ça. Les gens-là cherchent leurs têtes, vous comprenez ? Nous ce n’est pas le décret qui nous a envoyés ici, ici c’est chez nous. Kolaboui c’est chez nous. Tout ce qu’il a dit, pour avoir la véracité des choses, déplacez-vous, vous venez vérifier si c’est vrai ou pas. Il y a des traces de pneus partout, venez voir. Même s’ils enlèvent les barricades et autres là vous saurez automatiquement quand est-ce que les pneus-là ont été brûlés. Tout ce que le sous-préfet dit moi je ne le condamne pas il cherche sa tête. Il prouve à l’État que franchement il maîtrise ici et il maîtrise les jeunes d’ici. C’est ça le problème. Pour la journée d’hier, à 6 heures- 7 heures déjà, les enfants avaient commencé à brûler les pneus dans tous les accès, en partance pour Boké, en partance pour Kamsar, en partance pour Conakry. Les faits-là sont réels. On n’a pas ajouté ni plus, ni moins. Il pensait que vous n’étiez pas un média responsable et que vous n’alliez pas recouper les informations. C’est un gars qui évolue en catimini », se défend M. Diaby.

Maciré Camara

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.