Après son expulsion hier du procès, Me Pépé Koulémou rectifie le tir : « je n’ai jamais parlé de récuser le président du tribunal»

Maitre Pépé Koulémou fait partie des avocats de la défense de l’ancien Président de la transition de 2009, le capitaine Moussa Dadis Camara. Hier à la barre, il a été sommé de vider la salle par Ibrahima Sory 2 Tounkara, président du tribunal criminel de Dixinn, qui a la charge de conduire des débats dans le procès du 28 septembre, ouvert il y a près de 4 mois. 

Tout est parti du mot « injurier » dont son client Dadis Camara, selon lui,  aurait été victime de la part des avocats de la défense de Toumba Diakité, pendant l’interrogatoire. Se montrant mordicus sur cette expression, il a insisté à plusieurs reprises avant d’être mis en garde à deux reprises et que l’expulsion s’en est suivie.

Ce mercredi dans l’émission « Mirador » de Fim FM, l’ancien député a répondu à ceux qui auraient modifié ses propos quant à la soit-disant expulsion du président du tribunal qu’il aurait prononcé hier avoir avoir quitté la salle. 

« Ceux qui sont en train de développer cela le font pour eux. Moi je n’ai jamais dit ça. Moi j’ai plutôt dit que le président du tribunal a la police de l’audience. Par conséquent, il a la direction des débats. Nous aussi, nos clients ont également le droit de le requiser au moment opportun. L’incident qui s’est passé hier ne m’amène pas à le recuser et je pense que tout a été déjà réglé. Il n’y a donc pas de conflit entre le tribunal et moi. Nous devons un respect au tribunal en tant que professionnel», a confié Me Pépé Koulemou.  

Au nom des avocats du capitaine Moussa Dadis Camara, Me Pépé a laissé entendre  » n’avoir ni le pouvoir ni la capacité d’empêcher le tribunal d’accomplir sa mission. Nous devons plutôt user de tous nos moyens intellectuels, juridiques à l’effet de participer à la protection de la vérité. Nous n’avons jamais irrité une stratégie d’insistance mais plutôt soumis des demandes au tribunal ». 

Pour clairement prouver que cet incident a été réglé depuis, Me Pépé a enfin annoncé la reprise des débats sur la suite des questions, aujourd’hui même au tribunal de Dixinn, délocalisé à la Cour d’Appel de Conakry. 

Sâa Robert Koundouno

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.