Armée : le Commandement nous ouvre ses portes…

Print Friendly, PDF & Email

La Semaine du soldat est l’occasion propice pour mettre en évidence les progrès accomplis au sein de nos armées. C’est dans ce cadre que nos reporters ont rencontré tour à tour, le Chef d’Etat-major de l’armée de terre,  le chef d’Etat-major de l’Armée de mer et le chef d’Etat-major de l’armée de l’Air. Ils évoquent dans ces entretiens leur travail au quotidien pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de la troupe.

Général Mohamed Diané : «J’exhorte chacun et chacune à continuer le travail bien fait… »

Dans le cadre de la Semaine du soldat, le Général Mohamed Diané, chef d’Etat-major de l’Armée de terre nous parle des avancées significatives enregistrées au sein de cet important maillon de nos Forces armées…

Au compte des acquis, le chef d’Etat-major de l’armée de terre a inscrit comme priorité la poursuite des actions de la réforme des forces de défense qui s’articule sur la formation, la réalisation des infrastructures, la gestion des ressources humaines, la prise de contact périodique avec les unités relevant de son ressort. Cette activité a permis au général Mohamed Diané d’effectuer trois tournées dans toutes les unités de l’armée de terre des quatre régions militaires, les compagnies d’infanteries, les bataillons autonomes et les unités isolées. « C’est ce qui nous a permis de connaitre certaines difficultés qui existent  et d’en envisager les solutions », souligne le général Mohamed Diané.

Dans le cadre de la réforme, le chef d’Etat-major de l’armée de terre  a mis en relief certains acquis dont entre autres, la rédaction des documents règlementaires par le Comité technique sectoriel défense,  l’acquisition des infrastructures, des équipements y compris les moyens roulants. Sans oublier la formation, la gestion des ressources humaines, le nouveau règlement du service dans l’armée et la problématique genre. « Au niveau de l’Etat-major de l’armée de terre, nous avons mis en place le Centre des opérations qui est un outil nous permettant de coordonner les actions des unités, les patrouilles le long des frontières y compris le renseignement ».

Dans les perspectives, le chef d’Etat-major de l’armée de terre indique que la la réalisation des infrastructures à travers le pays va se poursuivre ainsi que l’achèvement des travaux de construction des compagnies d’infanterie de Télimelé, Dabola et Boffa. Le général Diané n’oublie pas la mise sur pied des unités organiques.

A l’occasion de la fête anniversaire de la création de l’armée guinéenne, le chef d’Etat-major de l’armée de terre rappelle que la création de l’armée guinéenne le 1er novembre 1958 est une date importante dans l’histoire de la Guinée. « Je souhaite ainsi une très bonne fête à l’ensemble des forces de défense et de sécurité. J’exhorte chacun et chacune à continuer le travail bien fait et à ne pas oublier le rôle qui nous est imparti à savoir : la sécurité des frontières, protéger la population et ses biens. » 

Pour finir, le général de brigade Mohamed Diané a une pensée pieuse à l’endroit des compagnons d’armes tombés sur le champ d’honneur. « C’est une occasion pour nous de nous incliner devant la mémoire des militaires qui sont tombés au champ d’honneur et encourager tous ceux qui se battent nuit et jour sur le terrain pour qu’il y ait la paix dans le monde ». 

 

Contre-amiral Koi Alexis Maomou : «Il faut renforcer les relations civilo-militaires de façon harmonieuse … »

Après les états généraux du secteur de sécurité au lendemain de l’élection du président de la république, le professeur Alpha Condé à la magistrature suprême en 2010,, il était nécessaire et urgent d’engager de profondes réformes dans le secteur de sécurité. C’est ainsi qu’avec la volonté  politique et l’adhésion de tous les acteurs concernés et l’appui des partenaires techniques et financiers, ce processus a abouti aujourd’hui  à des réformes positives à tous les niveaux. En ce qui concerne l’armée de mer, souligne le chef d’Etat-major Koi Alexis Maomou, nous avons commencé par la consolidation du cadre légal en révisant les textes réglementaires en les harmonisant avec ceux en vigueur dans la sous-région et au niveau international. « Nous avons également procédé à la réduction des effectifs, la réorganisation des structures de l’armée de mer, l’amélioration des infrastructures et équipements avec de nouvelles unités (patrouilleurs côtiers, vedettes de liaison, intercepteurs et sémaphores), la qualification du personnel marin par le biais de la formation- entrainement, l’amélioration des conditions de vie  du personnel par la construction des casernes. Dans ce cadre, il y a la finalisation de la construction de la cité de la marine à Sonfonia et la construction de la nouvelle base navale de Koundindé ».

Comme perspectives immédiates, le contre-amiral Koi Alexis Maomou note que la réforme touche à tous les aspects stratégiques, structurels et opérationnels devant conduire à la monté en puissance de l’armée de mer guinéenne à travers. « Nous avons la construction des points d’appui (PA), des débarcadères et bases navales. L’acquisition des moyens adéquats pour l’accomplissement des missions de l’armée de mer avec des objectifs clairs et une vision stratégique de la hiérarchie.

Pour le contre-amiral Maomou, il s’agira de mettre en place une approche globale structurelle et opérationnelle liant l’efficacité à la bonne gestion du personnel et des équipements. Nous allons également procéder au recrutement à partir de nos universités et écoles professionnelles pour mieux professionnaliser l’armée de mer, fédérer tous les acteurs du secteur maritime, mutualiser les moyens tout en favorisant l’échange d’’information à tous les niveaux afin de cerner de plus près les questions récurrentes de la sécurité maritime et de la défense de notre espace maritime».

A l’occasion de la fête anniversaire de la création de l’armée guinéenne, le chef d’Etat-major de l’armée de mer prône pour le renforcement des relations entre les secteurs de sécurité et la population civile de façon harmonieuse. Pour terminer le chef d’Etat-major de l’armée de mer souhaite une joyeuse fête  aux forces de défense et de sécurité.

 

Général de brigade aérienne Aboubacar Monchon Bangoura : « J’exhorte à plus d’abnégation et de discipline pour renforcer le caractère républicain des forces armées »

L’année 2020 est marquée par la pandémie du Covid-19 qui a impacté tous les secteurs d’activité du pays comme le secteur de la défense. Pour des raisons liées au respect des mesures sanitaires, l’armée de l’air  à due réduire ses activités au strict nécessaire pour assurer ses missions régaliennes. C’est ainsi qu’un accent particulier a été mis sur le renforcement de ses capacités, selon le général Monchon Bangoura. « On peut citer la mise en place du Centre de commandement et de conduite des opérations aériennes, la formation des personnels et la réalisation de certaines infrastructures ».

Abordant le premier point, le chef d’Etat-major de l’armée de l’Air précise : « ce centre sera l’organe de planification et de conduite des opérations aériennes menées par nos forces de défense sur le territoire national. Il constituera également les bases de l’outil de surveillance permanente de l’espace aérien national ».

Parlant de la formation, le général de brigade aérienne Aboubacar Monchon Bangoura indique que la formation des personnels navigants et techniciens s’est poursuivi au niveau de l’escadrille d’aviation légère d’observation, mais aussi dans des écoles de l’air des pays amis. « Nous avons commencé le programme de formation des premiers moniteurs ULM sur place avec la coopération française. Cela devrait aboutir à la disponibilité des instructeurs pilotes guinéens avant la fin du premier trimestre 2021. Avant l’arrivée de la pandémie et l’instauration des mesures sanitaires, l’école de l’air guinéenne a pu former plus de 120 militaires pour trois paliers de formation de sous-officiers aux techniques élémentaires, à l’environnement aéronautique et le brevet élémentaire des fusiliers de l’air».

En termes d’infrastructures, le général Monchon Bangoura rappelle que de nombreux travaux sont en cours d’exécution à savoir : l’extension de l’école de l’air pour décupler sa capacité d’accueil et créer des labo-techniques des spécialités aéronautiques ; la finition des dortoirs des sous-officiers et militaires  de rang ainsi que celle du foyer du soldat de la base aérienne principale de Conakry.

Au compte des perspectives, l’Etat-major de l’armée de l’air mise sur l’obtention des  équipements grâce à la Loi de programmation militaire, en vue de renforcer ses capacités. « Nous comptons également développer les capacités de projection des forces notamment au sein de la MINUSMA par avion de transport et surtout acquérir des aéronefs destinés à contribuer aux actions de développement ».

Sans oublier « les opérations aéroterrestres en matière de surveillance des frontières terrestres afin de prévenir la criminalité transfrontalière et le terrorisme. Les opérations aéromaritimes pour renforcer l’action de l’Etat en matière de sécurité en mer et la coopération avec l’aviation civile pour la coordination de la sûreté de l’espace aérien national ».

A l’occasion de la fête anniversaire de la création de l’armée guinéenne, le chef d’Etat-major de l’armée de l’air  souhaite une joyeuse fête  aux forces de défense et de sécurité en général et au personnel de l‘armée de l’air en particulier. Il exhorte ses frères d’armes à plus d’abnégation et de discipline pour renforcer le caractère républicain des forces armées

Pour finir, le chef d’Etat-major de l’armée de l’air saisit  cette opportunité pour remercier le chef suprême des armées pour son soutien indéfectible à l’aboutissement des objectifs de la réforme du secteur de sécurité.

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.