Armée : le ministre de la défense annonce la mise en état opérationnel des avions, blindés, vedettes achetées, 570 ha de riz…

Trois mille neuf cent quarante quatre milliards, neuf cent quarante cinq millions, six cent quarante huit mille cinq cent trente huit (3.944. 985. 648.538) francs guinéens, c’est le budget alloué au département de la défense nationale, dirigé par l’ex-général Aboubacar Sidiki Camara. Ce montant, selon le ministre dans l’émission « On fait le Point » de la RTG, a servi à la construction de certains édifices,  à la formation de 3000 personnels militaires dont 500 à l’extérieur, mais aussi à l’achat des matériels pour l’agro-indsutrie et des équipements sanitaires. 

« Avec ce budget, le ministère de la défense nationale a pu réaliser ses projets. Sur 9 actions, 7 sont déjà exécutés et 2 sont en perspective. Au 2 actions perspectives, on a réussi avec la loi des finances initiales 2023, à mettre une troisième. Au titre 2 qui concerne des dépenses personnelles, nous avons un budget de 2.704. 982.659.124 francs. Ce qui a servi premièrement à l’augmentation de la solde des militaires, en plus de leur paie régulière mais aussi leur passage au grade supérieur en fin 2021-2022. Le projet de recrutement a été pris en compte dans la loi de finances rectificatives, d’abord de 500 jeunes ingénieurs et techniciens au compte du génie militaire. Partant des formations qu’on a lancées dans les écoles nationales, ça nous fait en tout 3000 personnels formés aucours de cette année dont 500 à l’étranger», a expliqué le général à la retraite.

Sur instruction du Président de la transition, a-t-il poursuivi, les gardes pénitentiaires qui revendiquaient à chaque fois on été formés. Une formation confiée à la gendarmerie, mais supportée par le budget du ministère de la défense nationale. Dans ce même registre, les policiers ont également été formés en commune de base et en technique du maintien d’ordre. 

« L’ensemble de ces formations a eu un coût de 5.196.995.510 fg. Et l’impact c’est la qualification des cadres, l’augmentation des chiffres, l’amélioration des conditions des militaires. Le deuxième élément, ce sont les infrastructures qui ont été réalisées. Sur cet aspect, nous avons pu faire la construction et l’équipement de la salle de simulation tactique. À cela s’ajoutent les 13 infrastructures réalisées dans la région militaire de Kindia et le détachement dans Forécariah. La construction des deux hangars à Labé, l’assistance à l’état-major de l’armée de mer qui a sa deuxième base à Sonfonia. La construction du bloc administratif et logement de BATA à Macenta dans le cadre de la sécurisation des frontières. la direction générale de la transmission qui était dans un état vétuste et qui couvre tout le territoire national, il fallait l’équiper mais aussi équiper en transmission, le haut commandement de la gendarmerie afin qu’il y ait des remontées d’informations à travers tout le pays. Et ça ce ne sont pas des petits montants. Ensuite, les constructions au compte de l’état-major de l’armée de terre. On a eu des imprévus en terme de dépenses qui étaient impératifs. Par exemple l’infirmerie de Senkoun (… ).

Dans les unités agro-industrielles, le ministre a indiqué que certaines réalisations ont également été faites. Malgré le retard selon lui, l’armée a pu réaliser 570 hectares de riz. Quant aux cas de rénovation, il a confié que son Ministère, l’état-major major général des armées, les bâtiments où vivent les militaires notamment au camp Camayenne, Alpha Yaya Diallo et au bataillon du quartier général (BQG) ont été rénovés pour un coût qui s’élève à 5.659.926.509 gnf. 

« Il fallait également équiper le bataillon général du camp Almamy Samory Touré, du camp Camayenne, du Ministère de la défense nationale, l’état-major général des armées pour 24.631.326.075 fg (…). On a acheté des machines et envoyé des militaires guinéens à l’étranger pour les former sur la conduite pour qu’à l’avenir, ils (militaires), puissent coudre les tenues et cela va faire de l’économie à l’État. On acheté des vedettes pour la gendarmerie maritime, l’achat aussi de 8 bus pour l’administration de l’armée, la santé, on a créé plusieurs services et aujourd’hui plus 20 opérations par semaine et 75% des civils sont consultés dans les hôpitaux militaires, l’achat de 4 blocs opératoires pour les opérations d’urgence qui se passent au camp, l’achat de 2 ambulances, d’un scanner, d’un échographe, la création dm d’une morque au camp Alpha Yaya composée de 13 chambre froides avec une unité de médecine légale pour les autopsies. Alors l’ensemble des dépenses consacrées à la santé s’élève à 8.591.212.150fg», a-t-il rappelé sur les ondes de la RTG. 

Selon le numéro 1 du département de la défense nationale, au-delà de ces multiples réalisations, son Ministère a mis en état opérationnel et d’amélioration, des instruments tels que les avions, les blindés et autres, pour un total de 7.337.889.600 fg. Enfin, il informe qu’un montant de 88 milliards de francs guinéens est disponible, montant qui va servir à la construction de l’école militaire d’opératoire technique. 

Sâa Robert KOUNDOUNO 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.