Connect with us

A la Une

Arrestation d’Alpha Condé en 1998 : ‘’je n’en parlerai plus !’’ (Sékou Koureissy Condé)

Taxé à tort ou à raison par certains guinéens comme celui-là même qui a ordonné l’arrestation de l’opposant Alpha Condé en 1998, le président de la convention des acteurs non étatiques de Guinée (CANEG) Dr Sékou Koureissy Condé a déclaré mardi qu’il a décidé de ne plus aborder ce sujet. C’était sur les ondes de la Radio Espace Fm, dans son émission « les Grandes Gueules ».

Selon lui, c’est une affaire qui a été jugée, exécutée et vidée. Donc personne n’a plus le droit d’en parler.

« Ce n’est pas vrai et je voudrais profiter pour dire une chose, je n’aborderai plus cette question, peut être qu’un avocat en parlera. Moi, Sékou Koureissy Condé, je n’en parlerai plus et pour plus de raisons. Il y a 20 ans de cela que cette situation s’est déroulée, tous les médias guinéens et de la diaspora m’ont posé cette question pendant 20 ans… », dit l’ancien ministre de la Sécurité. « Pendant les années à venir, peut être que je ne serai plus parmi vous. Mais vous ne verrez pas une seule personne qui vous dit que Koureissy a été mêlé de ça. Deuxième raison, cette question a été vidée juridiquement parce que le chef d’accusation que le gouvernement a présenté, qui est atteinte à la sûreté de l’état, ce n’est pas Koureissy qui a présenté. C’est le ministre public qui défendait l’Etat… ».

Poursuivant, il a dit avoir souffert aussi de l’arrestation d’Alpha Condé. Il dira aussi qu’il a perdu son poste parce qu’il a été accusé d’être celui qui donne des informations aux avocats et amis de Alpha.

« Pendant ce procès, les représentants du gouvernement ont dit que j’étais du côté d’Alpha Condé. J’en ai souffert, j’ai  limogé du gouvernement dès le début de ce procès parce qu’on considérait en tant que malinké, c’est moi qui donnais des informations et des renseignements aux avocats et aux amis du président Alpha Condé. Donc, une affaire qui a été jugée, exécutée et vidée. Personne n’a plus le droit d’en parler. Aussi, il n’a pas eu de mort d’hommes derrière. Vous savez ce qu’il y a eu derrière : un Président de la République. En tant que musulman, Dieu dit quand tu as la souffrance, tu acceptes… »

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter