Libye: les corps de 74 migrants découverts sur une plage près de Tripoli

Print Friendly, PDF & Email

Des habitants ont découvert mardi près de Tripoli les corps de 74 migrants morts noyés après le naufrage de leur embarcation dans laquelle ils tentaient de rejoindre l’Europe, a annoncé mardi le Croissant-Rouge libyen.
“Nous sommes intervenus à la suite d’une alerte des habitants (…) Nos bénévoles se sont rendus à Harcha près de Zaouia (45 km à l’ouest de Tripoli) pour récupérer 74 cadavres de migrants”, a indiqué le Croissant-Rouge libyen (CRL) sur sa page Facebook.
Selon le CRL, des habitants ont découvert un bateau échoué sur la plage avec à l’intérieur plusieurs cadavres de migrants clandestins.
Six ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est toujours plongée dans le chaos et le pays est devenu un carrefour de l’immigration clandestine vers l’Europe. Les passeurs organisent des départs, généralement depuis l’ouest du pays, à destination de l’Italie située à seulement 300 kilomètres.
En l’absence d’une armée ou d’une police régulières, plusieurs milices font office de garde-côtes tout en étant souvent accusées de complicité, voire d’implication dans ce trafic lucratif.
Le Croissant-Rouge libyen se plaint, lui, du manque de moyens, affirmant que ses équipes sont constituées essentiellement de jeunes bénévoles.
“Nous ne disposons pas de véhicules appropriés pour transporter les corps ou de cimetières pour les inhumer”, a encore expliqué le CRL de Zaouia sur sa page Facebook. Il a ajouté que “certains corps sont restés sur la plage et d’autres, inaccessibles, flottent encore dans l’eau”.
Mardi à la tombée de la nuit, les corps se trouvaient toujours sur la plage, a constaté un photographe de l’AFP.
Selon l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM), l’embarcation aurait échoué dimanche, causant la mort d’une centaine de personnes.
“Les passeurs auraient volé le moteur et abandonné le bateau”, a indiqué l’OIM, ajoutant qu’un “survivant, dans le coma, a été transporté à l’hôpital”.
Les Européens envisagent des mesures pour bloquer l’arrivée de milliers de migrants depuis la Libye, mais leurs plans sont critiqués par des organisations internationales et ONG qui redoutent de mauvais traitements à l’encontre des migrants bloqués en Libye.
L’Italie et la Libye ont de leur côté signé un mémorandum d’accord prévoyant un renforcement de leurs frontières respectives pour parvenir, avec l’aide de l’Union européenne, à endiguer les flux migratoires partant d’Afrique du Nord vers l’Italie.
L’émissaire des Nations unies pour la Libye Martin Kobler s’est rendu mardi dans un centre de rétention à Tripoli où il a affirmé qu’il évoquerait la question du rapatriement volontaire des migrants avec les autorités libyennes.
“Ils n’ont pas assez de nourriture. La situation est grave ici et il est important de résoudre leurs problèmes d’ordre humanitaire”, a-t-il averti. “S’ils souhaitent rentrer chez eux, il faut faire en sorte qu’ils puissent le faire.”
AFP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.