Assainissement liquide de la ville : une quarantaine de cadres outillés pour la collecte et l’épuration des eaux usées

Print Friendly, PDF & Email

Le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire a procédé vendredi, 27 décembre à la remise de satisfecits d’une quarantaine de cadres du département outillés dans la collecte et l’épuration des eaux usées. Un exercice qui rentre dans le cadre de la coopération maroco-guinéenne suite aux accords signés entre les deux pays à l’occasion de la visite du roi Mohamed VI en 2017. A peu près 83 accords ont été signés entre le Maroc et la Guinée, dont la moitié set en cours d’exécution. Dans son allocution le ministre Ibrahima Kourouma dont le département a signé 3 accords dont celui de l’assainissement liquide de la ville s’est dit satisfait de la prise en compte des engagements entre les deux pays

« Je suis très heureux de constater qu’une partie de la convention se boucle par la formation. La formation des cadres était nécessaire pour la maîtrise des ouvrages. Il y a eu 14 séances de formation à l’intention d’une quarantaine de cadres, 9 séances ont eu lieu à Conakry et 5 autres au Maroc.  Ils ont été outillés dans l’établissement de réseau, les fausses septiques jusqu’au niveau d’épuration. L’un des soucis du gouvernement aujourd’hui, c’est la formation continue des cadres. Beaucoup de choses se font en Guinée, mais si nous n’avons pas la maitrise pour pouvoir continuer ce qui est fait, cela ne peut pas marcher car, nous serons toujours dans l’obligation de faire recours à l’expertise étrangère. Les installations ont déjà démarré dans les communes de Matam et de Dixinn. Les latrines ont été faites, les réseaux sont installés et nous sommes en train d’aller vers les stations de pompage pour atteindre les stations d’épuration. Le gouvernement s’engage pour que le travail se passe dans les bonnes conditions au bénéfice des populations. Le gouvernement s’engage également pour que plusieurs jeunes cadres puissent bénéficier des formation afin que les différents réseaux qui seront installés à travers la ville, que nous soyons capables de les gérer », dira-t-il.

Pour sa part, l’Ambassadeur du Royaume du Maroc en Guinée, Idriss Isbayene déclaré que cette formation est le résultat de la détermination des deux gouvernements et des deux chefs d’Etat

« Je suis très content que parmi ces 45 il y a eu an moins six qui sont signés avec le ministère de la ville et L’Aménagement du Territoire et avec votre travail toujours très exemplaire et très fin dans la mise en œuvre se cette coopération. Je prends la recommandation qu’a fait le Directeur concernant le suivi de cette recommandation qui ne doit pas s’arrêter là. Il a parlé d’une formation d’ordre général, il faut chercher donc la spécificité dans un cadre et dans un aspect très important, celui de l’assainissement liquide », a-t-il estimé.

A l’occasion  de cette formation, 40 formateurs ont été formés. Selon le chef d’équipe et coordonnateur de l’institut international de l’Eau et de l’Assainissement, Abderrafii Mardi, c’était un programme de formation technique des cadres guinéens qui va leur permettre de pouvoir prendre en charge des travaux et des études préalables des installations

« C’est un programme prioritaire, nous n’allons pas nous arrêter à ce niveau. Il  va continuer mais cette fois, avec une spécialisation  de manière à permettre aux futurs employés ou exploitants de bien maitriser la gestion d’une manière professionnelle. Il faut pérenniser les acquis. Sans cela, on risque d’avoir des installations qui ne fonctionnent pas », a-t-il dit.

A rappeler que cette formation dont le thème était axé sur la collecte et l’épuration des eaux usées vise à répondre à la problématique d’évacuation des eaux usées.

Maciré Camara

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.