Assainissement : vers la construction d’une nouvelle décharge…

Print Friendly, PDF & Email

Dans le cadre de la mise en œuvre du 10è fond européen de développement (FED),  le gouvernement guinéen à travers le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire a bénéficié d’un appui dans le cadre de renforcement des capacités. C’est dans cette optique qu’une rencontre entre les acteurs s’est tenue ce vendredi  à la direction de la ville et de l’aménagement du territoire pour enfin examiner le programme de développement et d’assainissement urbain en Guinée (SANITA).

Au sortir de cette rencontre, Mamadou Touré, chef de la section infrastructures à la cellule de gestion du FED précise : ‘’Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de l’appui que l’union européenne apporte à notre pays. Vous savez que la Guinée a signé les accords sur le 11è FED. Ce 11è FED est composé du volet assainissement et développement urbain. Donc ce volet développement urbain a besoin d’une assistance technique qui va être apportée par une institution internationale qu’on appelle ONU Habitat. Donc, il a conçu un programme d’activités qui a été présenté aujourd’hui pour non seulement aux bénéficiaires, mais aussi aux responsables de la cellule de gestion du FED qui assure la supervision des activités. Les grandes œuvres qui vont être exécutées vont être premièrement la réhabilitation du centre d’opération des eaux usées qui se trouvent à petit bateau. Et il y a aussi la construction  d’une nouvelle décharge…’’

De son côté, Ibrahima Camara, Directeur national de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme a souligné l’objectif de cette rencontre en ces termes : ‘’C’est la présentation du projet SANITA. Dans le cadre du 11è FED, l’union européenne à appuyer le gouvernement guinéen pour la mise en œuvre d’un projet qui comporte deux aspects : un aspect de développement des outils de planification comme vous savez qu’il y a eu déjà la vision 2040 à partir du diagnostic du premier schéma directeur. Donc traduire cette vision en un schéma directeur ça va être la première activité. La deuxième activité va être comme le pays est doté d’un schéma national  d’aménagement du territoire depuis 1991, il s’agirait de faire une étude diagnostique de ce schéma pour dire qu’est ce qui a marché et qu’est ce qui n’a pas marché. La troisième  activité liée à ce volet qui est le développement outil et planification, il va avoir la politique urbaine parce qu’en tant que le ministère de la ville, nous avons demandé à l’union européenne de nous appuyer afin d’avoir une politique urbaine en Guinée. Et la dernière activité va avoir un  projet d’appui à la rejection des occupations précaires des taudis et des occupations spontanées.’’

Poursuivant, il a précisé : ‘’Ce volet va nous permettre Conakry principalement d’avoir une décharge contrôlée avec l’union européenne et avoir aussi la station d’opération qui est à Camayenne et qui nous permettra de réhabiliter et construire une nouvelle station. L’autre activité qui est plus importante est environ 35 millions de dollars et il s’agirait du projet qui va être piloté par ENABEL, la coopération Belge qui a eu une convention avec l’union européenne. Le côté spatial est que l’union européenne a signé une convention avec  l’ONU Habita qui doit nous aider tout ce qui est avec l’outil de planification. Mais le côté qui est lié à l’assainissement et désenclavement, cela doit être fait par la coopération belge à travers ENABEL qui va comporter le désenclavement des quartiers avec des travaux à haute intensité. Il va y avoir l’amélioration des points d’accès au point de regroupement et avoir aussi une décharge contrôlée où les ONG viennent pour la collecte des ordures’’, a ajouté Ibrahima Camara.

S’exprimant sur le budget alloué à ce projet, le directeur national de l’aménagement du territoire dira que pour le moment, il  y aura  deux budgets. ‘’Il y a ce qui est lié au projet d’appui au développement urbain dont l’argent va être donné par l’ONU Habitat sous financement de l’union européenne, le coût de ce projet est environs 4 millions d’euros. Et le coût qui est lié à l’autre partie de SANITA qui est le désenclavement des quartiers, l’amélioration des points de regroupement, le drainage des eaux et aussi la construction de certaines latrines dans des milieux défavorisés et public est environs 35 millions d’euros.  La durée de ce projet est autour de 44 mois », a-t-il mentionné.

Prenant la parole, le Conseiller technique du  bureau régional Afrique ONU Habitat a fait remarquer les enjeux de cette rencontre. ‘’La rencontre d’aujourd’hui était de créer un cadre de concertation entre les Nations Unies ONU habitat en particulier, le gouvernement, les partenaires sociaux dont la société civile, les institutions de recherche pour examiner ensemble les objectifs du projet SANITA. Cette rencontre a permis d’échanger sur deux points : le premier point était de faire l’information sur les objectifs attendus qui sont au nombre de cinq mais également  recueillir  les points de vue des différentes  institutions ici présentes pour voir comment donc améliorer ce document de projet qui doit être finalisé soumis à l’union européenne qui soutient l’initiative. Et ensuite de dégager les liens entre l’assainissement et le développement urbain durable à Conakry en particulier et le pays en général. Le second acte de la réflexion aujourd’hui se portait sur le plan de communication et de visibilité pour que les activités qui seront  menées soient connues du public (acteurs au niveau institutionnel national, régional et communal). Nos moyens, c’est de trouver les ressources humaines nationale que nous allons accompagner pour examiner le schéma national d’aménagement du territoire et donner des axes d’orientation. Et repenser le plan d’urbanisme de Conakry dans son sens de la vision 2040’’ a conclu Claude Albert Ngomsi.

A noter que ce document sera amendé au fur et à mesure avant d’être lancé définitivement.

Yaya Dramé

+224 628-38-05-76

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.