Assassinat du jeune Boukariou Baldé : plainte contre le gouverneur de Labé et deux officiers

1 Commentaire
  1. CONDÉ ABOU 1 an il y a
    Repondre

    Quelle plainte contre le Gouverneur de Labé et les deux hauts gradés de la Force Publique ?

    C’est une démarche inacceptable et qui n’a pas de sens devant le droit élémentaire. Comment peut-on s’enfermer dans une fuite en avant aussi puérile, alors que ni le Gouverneur, ni les deux hauts gradés de la Sécurité Publique, n’étaient sur les lieux, et qu’il n’y a aucune preuve qu’il y a eu une décision claire et nette de leur part, pour envoyer des Agents de maintien d’ordre pour brutaliser et tuer un ou des jeunes Etudiants ?

    Les troubles survenus sur le campus, n’avaient aucun caractère politique, économique, financier, ou subversif à proprement parler. Cela est une certitude.

    Le Gouverneur de région, et les deux hauts gradés de la Police et de la Gendarmerie, ont quelle responsabilité dans la bastonnade et la mort de notre jeune compatriote Amadou Boukariou Baldé ? Je ne comprends pas cette plainte contre eux.

    Ont-ils donné expressément l’ordre de tuer le jeune Étudiant ou d’autres Étudiants durant le soulèvement mal encadré dans le campus ? Je ne crois pas du tout que ce soit le cas.

    Sinon, prendre la décision d’envoyer sur le terrain toute équipe de maintien d’ordre doit-elle signifier la responsabilité directe de la hiérarchie administrative et sécuritaire en cas de dérapages ou de bavures de la part des Agents en mission, non apparemment armés ?

    Si c’est ce principe qui devrait être la règle, dans ces conditions, devant n’importe quel cas ultérieur similaire, la hiérarchie devra-t-elle croiser tout simplement les bras devant tout chaos potentiel ? Non, sauf à mettre en péril, la paix civile et la sécurité des citoyens.

    DES QUESTIONS ET DES PISTES DE RÉPONSE ?

    Qui a ordonné la requête relative à l’intervention de la Force Publique pour un problème aussi banal dans la gestion d’une Université comme celle de Labé Hafia ? C’est très probablement l’Université de Labé Hafia, selon les informations de la Presse.

    Qu’a fait la Direction Exécutive de l’Université lorsque les éléments de la Force Publique ont commis la bavure ? A-t-elle eu le moindre réflexe d’organiser un entretien avec l’équipe de maintien d’ordre une fois arrivée sur les lieux en vue de leur donner les orientations nécessaires et les explications afin de venir à bout des troubles, sans aucune bavure ?

    Le jeune Étudiant une fois tombé dans un état critique, qu’a fait l’Université ou les dirigeants de l’Université pour parer au pire ?

    Selon tous les informations soutenues par la Presse, les dirigeants de l’Université dont la responsabilité est engagée en première ligne sur leur campus, n’ont absolument rien fait de positif pour sauver leur propre Étudiant.

    CONCLUSION :

    Je ne vois pas du tout clairement la responsabilité directe du Gouverneur de région et des deux hauts gradés de la Force Publique de la région Labé dans la mort épouvantable de l’Étudiant.
    C’est un argument insoutenable pour le bon sens.

    Ce qu’il faut demander au Procureur de la République, c’est mettre le curseur sur la responsabilité civile et pénale des Agents de maintien d’ordre ayant commis les violences injustifiées d’une part et de l’autre, sur celle des principaux dirigeants de l’Université présents le jour du drame et qui ont très mal géré la crise sur le campus. Les coupables ne sont pas du tout ailleurs. C’est eux en première ligne.

    Le droit être dit et la loi appliquée dans toute sa rigueur, pour que pareille bavure n’intervienne plus jamais dans un Campus universitaire du pays, et que justice soit rendue à la famille éplorée. Il n’y avait ni une manifestation à caractère politique, économique ni une manifestation à caractère subversif.

    Parmi les sanctions, souhaitons qu’il plaise à Monsieur le Juge, de frapper l’Université de Labé Hafia, par des sanctions économiques et financières lourdes directement sur son budget de l’année en cours au titre des dommages et intérêts en faveur des ayants droit du regretté Amadou Boukariou Baldé, mort injustement à la fleur de l’âge.

    Cela apprendra à l’Université de Labé Hafia, de mieux prévenir et gérer les crises sur son campus. Elle doit payer cher pour la faute commise, tout comme les Agents coupables de la brutalité totalement injustifiée à l’encontre de l’Étudiant.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.