Attaque à main armée, à Kankan : un blessé par balle, 7 millions emportés

Print Friendly, PDF & Email

La ville de Kankan est en proie à l’insécurité. Dans la nuit du dimanche à lundi 23 novembre 2020, une famille a été victime d’attaque par des hommes armés. Les faits se sont déroulés au quartier Sinkèfara 2, un quartier périphérique de la commune urbaine de Kankan, 2è ville du pays. C’est dans les environs de 2 heures du matin que quatre hommes cagoulés et armés ont débarqué sur deux motos dans la famille Koita, non loin de l’hôtel « Assalam », ils ont réussi à emporter d’importantes sommes d’argent et plusieurs téléphones.

Laye Fodé Koita, âgé d’une vingtaine d’années qui a tenté de les en empêcher, a reçu une balle dans le pied, il se trouve actuellement en soins aux urgences de l’hôpital régional de Kankan.

Témoin de toute l’attaque, Djétènin Koita la jeune sœur de Laye Fodé Koita explique :

« C’est dans les environs de 02 heures du matin, que j’ai entendu des bruits sur mon toit, du coup ma belle-sœur a dit à mon grand-frère que ce sont les bandits, moi je me suis cachée sous mon lit, mon frère a ouvert sa porte, il est sorti et leur a demandé c’est qui ? Ils ont répondu que tu vas savoir tout de suite. Ils lui ont demandé de l’argent, il a dit qu’il n’a pas d’argent, ils ont dit que s’il ne donne pas l’argent qu’ils vont le tuer, il a couru et est rentré dans la douche. Ils ont attrapé sa femme et son fils et ils ont dit à la femme d’indiquer les chambres ou il y a l’argent sinon ils vont tuer son enfant, elle a montré la chambre de son beau-frère, ils ont toqué cette porte, lui n’a pas accepté d’ouvrir, lorsque les bandits sont partis chercher l’autre frère qui s’était caché dans la douche, il a ouvert la porte, il est sorti en courant et a escaladé le mur pour s’enfuir. Ils ont réussi à faire sortir l’autre de la douche, qui leur a donné 2 millions francs guinéens, ils ont pris aussi 4 téléphones dans sa chambre, ils ont ouvert la maison de ma mère où ils ont pris 5 millions et le téléphone de mon petit-frère. Ils voulaient partir mais mon grand-frère Laye Fodé Koita a tenté de les empêcher, mais ils lui ont tiré dessus au niveau de son pied. Les bandits étaient au nombre de 4 et tous cagoulés. »

Il faut rappeler que depuis quelques semaines maintenant, les attaques à main armée sont devenues récurrentes dans la ville du Nabaya. Bien qu’il ait des patrouilles nocturnes dans la ville, les citoyens vivent aujourd’hui avec la peur ventre, non pas de perdre leurs biens mais de perdre leurs vies.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.