Attaque de la Faculté de Médecine : les explications du doyen professeur Mohamed Cissé, grièvement blessé à la tête

Print Friendly, PDF & Email

La faculté de Médecine, odontostomatologie de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, désormais faculté des sciences et techniques de la santé a été saccagée mardi par des étudiants en colère qui réclamaient leurs matricules, le doyen grièvement blessé. Les assaillants ont écrit sur les murs : ‘’nos matricules ou la mort ‘’.

« Vous savez, les mardis, nous avons les réunions hebdomadaires qu’on appelle le conseil du décanat où nous nous retrouvons pour discuter de ce qui s’est passé dans la semaine. Donc, au cours de cette réunion, les gens sont venus taper à la porte mais, la manière de taper à la porte, on a trouvé que les étudiants ont envahi le bureau soi-disant qu’ils sont dans cette université depuis 2012-2013 et qu’ils n’ont pas de numéro matricule. Imaginez-vous qu’on vienne s’asseoir dans une université au sein de laquelle l’on n’est pas orienté par l’Etat, on n’est pas inscrit et on reste pendant 5 ans et 6 ans et à la fin, on demande un numéro matricule. Du coup, ils ont commencé à saccager tout », a-t-il déclaré.

Poursuivant, Pr Mohamed Cissé estime que ceux qui sont à l’origine de cette malversation se trouvent dans cette même université. « Le fond du problème, c’est quoi ? Nous, nous sommes arrivés, il y a moins d’un an. Quand vous sortez de la Guinée et vous dites que vous êtes enseignants de cette faculté, vous avez la tête basse. Pour la simple raison, les gens disent que ce qui se passe chez nous, c’est la catastrophe. Quand nous renvoyons les étudiants dans nos institutions, c’est vous qui les acceptez chez vous parce qu’ils payent de l’argent. De 65 étudiants, on s’est retrouvé à 475. C’est ce que nous avons voulu combattre. Et ceux qui sont à l’origine de ça sont dans cette université et ils sont connus de tout le monde. Il n’y a jamais eu de sanction. Maintenant, ce sont les gens qui poussent les étudiants à nous lancer des pierres. C’est un crime de mettre de l’ordre dans une institution d’enseignement. Vous-même vous voyez ce qui se passe dans les structures de santé d’aujourd’hui, personne n’a confiance. Quand les gens sont malades, ils préfèrent aller se soigner à l’étranger. Il faut qu’ils soient rassurés aussi qu’on mettra de l’ordre ici », indiqué le doyen qui regrette que personne n’a été arrêtée. « Ils sont tous partis et comment voulez-vous qu’on les arrête alors que ceux qui sont à l’origine du problème sont dans cette université mais la vérité finira toujours par triompher et nous ne nous reculerons pas. Ils ont pris des ordinateurs portables, saccagé des bureaux. Il y a une complicité derrière et on doit démasquer », a-t-il rassuré.

Par ailleurs, le doyen de la faculté des sciences et techniques de la santé de l’université Gamal Abdel Nasser a clamé haut et fort que les cours ne reprendront que lorsque les coupables seront mis aux arrêts. « Tant que ces gens-là ne sont pas conduits à la police et les choses clarifiées, les enseignants de la faculté des Médecines ont décidé de ne plus faire les cours ».

Le ministre de l’Enseignement supérieur Abdoulaye Yéro Baldé qui s’est rendu sur les lieux, a instruit le rectorat de traduire devant la justice tous les auteurs et leurs commanditaires pour que plus jamais ça.

« Après avoir visité les locaux, j’ai demandé au rectorat de formuler une plainte en bonne et due forme contre ces personnes-là », a-t-il souligné.

Yaya Dramé

628380576

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.