Attaque du siège des NFD, hier : ‘’la manière de faire de l’UFDG, c’est violent et anti-démocratique’’ (Daouda)

Print Friendly, PDF & Email

Le siège du parti des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD), a été une nouvelle fois attaquée dans la soirée de ce mardi 19 octobre 2020. Interrogé ce mardi 20 octobre, par votre quotidien en ligne, Daouda Diallo, chef de cabinet de Mouctar Diallo, président du parti, charge les militants de l’UFDG d’être les commanditaires de cette énième attaque.

Il dénombre un total de 3 militants des NFD blessés… Un huissier a été saisi du dossier. Et une plainte est en cours d’être portée parce qu’une vidéo amateur pouvant permettre d’identifier certains auteurs serait déjà disponible, selon notre interlocuteur.

« La manière de faire des militants de l’UFDG, c’est violent et anti démocratique. C’est une manière de saboter les efforts qui sont faits et qui sont en train d’être faits pour la consolidation de la paix et de la démocratie. Mais nous avons demandé à nos militants de rester sereins et de ne pas répondre à la provocation », lance Daouda Diallo.

C’est après que Cellou Dalein s’est auto-proclamé victorieux à l’élection du 18 octobre que ses militants et partisans sont sortis dans les rues de Conakry notamment sur l’axe le prince, ajoute-t-il.

« Entre temps, envahis par l’euphorie et la joie prématurées, ils sont venus aux environs de 17h s’attaquer à notre siège. Ils ont jeté des pierres et ensuite ils sont rentrés dans notre siège détruisant certaines portes et emportant d’autres. Ils ont détruit l’intérieur du siège, ils ont emporté 500 chaises en plastique, une quarantaine de chaises en fauteuil, plus tous les ordinateurs qui sont à l’intérieur, les imprimantes, les climatiseurs et les écrans. Et tout ce qu’ils n’ont pas pu emporter, ils ont détruit », précise-t-il.

A en croire le chef de cabinet de Mouctar Diallo, le siège doit tout son salut à la proactivité des forces de l’ordre, sans quoi, il aurait été incendié.

« Ils ont allumé le feu. Entre temps, les forces de sécurité sont arrivées et Dieu étant protecteur, il a fait venir la pluie, du coup ça a permis d’éteindre le feu. On n’était plus inquiet des biens matériels qu’on allait détruire au niveau du siège. Notre inquiétude était autour du voisinage… Ces gens-là n’ont pas dormi », a-t-il conclu.

Mamadou Yaya Barry

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.