Au moins 140 personnes noyées en tentant d’atteindre les îles Canaries depuis le Sénégal (OIM)

Print Friendly, PDF & Email

DAKAR, 30 octobre (Xinhua) — Au moins 140 personnes sont mortes la semaine dernière des suites du naufrage de leur embarcation au large des côtes sénégalaises, a indiqué jeudi soir l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) dans un communiqué.

“Au moins 140 personnes se sont noyées après que leur bateau, à bord duquel se trouvaient quelque 200 migrants, eut coulé au large des côtes sénégalaises”, a indiqué l’OIM, soulignant qu’il s’agissait du naufrage le plus meurtrier enregistré en 2020.

Selon les résidents locaux de Mbour, cités par l’OIM, l’embarcation a quitté le Sénégal via cette ville côtière le 24 octobre à destination des îles Canaries, territoire espagnol. Le bateau a pris feu quelques heures après le départ et a chaviré au large de la ville de Saint-Louis.

Les médias locaux, cités par l’OIM, ont indiqué que seules 59 personnes avaient été secourues.

Les 26 et 27 octobre, la Mauritanie, pays voisin du Sénégal, a annoncé avoir “sauvé” 295 candidats à l’immigration clandestine sénégalais vers l’Espagne.

Comme en 2006, où des milliers de jeunes Sénégalais ont pris la mer pour rejoindre les îles Canaries, le phénomène “Barça ou Barskh” (arriver à Barcelone ou mourir, en Wolof), a repris avec un engouement des jeunes à quitter le Sénégal.

Sur les réseaux sociaux, des candidats à l’émigration clandestine ont diffusé leurs voyages vers les côtes espagnoles, créant du coup une ruée vers les zones côtières. Des convoyeurs ont organisé plusieurs voyages. Mais certains n’ont pas abouti.

D’après l’OIM, au moins 414 personnes seraient mortes cette année en tentant d’atteindre les îles Canaries.

Le “découplage” complet entre la Chine et les Etats-Unis est irréaliste (responsable)

BEIJING, 30 octobre (Xinhua) — Le “découplage” complet entre la Chine et les Etats-Unis est totalement irréaliste et sera préjudiciable aux deux pays et au monde, a déclaré vendredi un haut responsable du Parti communiste chinois (PCC).

Han Wenxiu, un responsable de la Commission centrale des affaires financières et économiques, a fait ces remarques lors d’une conférence de presse du Comité central du PCC.

Les liens économiques entre la Chine et les Etats-Unis, les deux plus grandes économies du monde, ont été déterminés par la complémentarité de leurs structures économiques et l’ouverture de l’économie mondiale, a indiqué M. Han, réfutant la viabilité d’un “découplage” complet entre les deux économies.

“En fait, seules quelques personnes sont favorables au découplage, tandis que beaucoup d’autres veulent la coopération”, a fait remarquer M. Han.

Malgré les perturbations dues à la pandémie de COVID-19, les deux pays ont vu leur volume d’échanges commerciaux augmenter de 16% en glissement annuel au troisième trimestre de cette année, a-t-il noté.

La Chine a besoin d’un environnement extérieur approprié pour atteindre ses objectifs à long terme pour 2035, a-t-il souligné.

L’environnement international devient de plus en plus complexe et voit de plus en plus d’incertitudes et de défis. Cependant, la Chine pense toujours que la paix et le développement restent le thème dominant de l’époque, a affirmé M. Han.

“La mondialisation économique continuera de se développer dans les méandres de l’avenir malgré les vents contraires qu’elle rencontre”, a-t-il poursuivi. “La Chine continuera de sauvegarder résolument le multilatéralisme, de se tenir du bon côté de l’histoire et de s’employer activement à former un environnement international favorable.

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.