Audit du fichier électoral : messieurs de la Cedeao, ignorez les chichis des politiques

Print Friendly, PDF & Email

“Tu donnes le bras, le Guinéen te réclame la langue et après toute la tête”. En Guinée, chaque litige produit les mêmes chichis. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui a réussi non sans douleur à faire reporter le double scrutin du 1er mars pourrait faire face dans les prochaines heures aux chichis des politiques, jamais satisfaits.

A peine le comité technique composé, des opposants, notamment Ousmane Gaoual Diallo, conseiller politique de Cellou Dalein Diallo trouve qu’un des experts est un “petit d’Alpha Condé”. Eh, diantre, que se passe-t-il déjà alors que la Cedeao n’a même pas déroulé son programme ?

Pour éviter tout quiproquo, ces trois experts -rompus à la tâche- désignés par l’organisation ouest-africaine doivent travailler pendant 10 jours à partir de ce mardi exclusivement avec la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Leur rôle n’est pas d’ouvrir un quelconque dialogue avec des partis politiques mais d’évaluer le fichier électoral, à la base du différend politique et rendre compte.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui s’est elle-même mise en retrait ne doit pas interférer dans le processus. Elle qui avait été appelée juste pour un appui technique a finalement été le problème. Son dernier communiqué annonçant son retrait du processus électoral a été qualifié de “politique”. Car elle intervient après la sortie virulente contre la Guinée du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Avec donc la reprise du dossier guinéen par les Africains, l’on peut espérer que les choses pourraient évoluer dans le bons sens.  !!!

Ibrahima Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.