Audition du syndicaliste Aboubacar Soumah : son avocat salue ‘’le professionnalisme’’ de la gendarmerie

Print Friendly, PDF & Email

L’audition du principal meneur de la dernière grève des enseignants, par ailleurs le secrétaire général ‘’contesté’’ du SLECG, Aboubacar Soumah se poursuit dans les locaux de l’Office de Police Judiciaire de la gendarmerie régionale de Dixinn. Ce mardi 30 Janvier, après plusieurs heures d’audition.

Son avocat Me Salif Béavogui a indiqué que son client est innocent, rejetant ainsi toutes les accusations portées contre le syndicaliste.

« Mon client est innocent et il bénéficie toujours de la présomption d’innocence. Il rejette toutes les accusations, il a donné toutes les explications avec les preuves à l’appui dans les conditions régulières. Nous remercions la gendarmerie pour le professionnalisme dans le travail et pour le respect des droits de mon client. Donc, il n’a rien à craindre. Et nous reviendrons demain et la décision sera prise par l’officier de police judiciaire pour la poursuite des procédures.  Je suis rassuré et mon client aussi est rassuré, il a la conscience tranquille et il ne se reproche de rien. Pour lui (Aboubacar Soumah, ndlr) c’est une guéguerre entre syndicalistes. Je ne suis pas l’enquêteur plutôt, j’assiste mon client, il appartiendra à l’enquêteur de décider la fin de l’enquête. Mais pour moi, je pense que mon client a tout dit de tout ce qu’il connaît dans cette affaire. Et pour moi, il n’y a aucune infraction qu’on lui impute », a déclaré l’avocat d’Aboubacar Soumah.

Répondant à la question de savoir qu’est ce qui a empêché la clôture de l’audition aujourd’hui ? Me Salif Beavogui de préciser : « rien à empêcher la clôture de l’audition mais ce sont des enquêtes qui sont ouvertes. Une fois encore, il appartiendra à l’officier de police judiciaire d’estimer qu’il a déjà tous les éléments d’appréciations et de prononcer la clôture, cela relève de sa souveraineté. Nous, nous sommes là pour répondre à toutes les questions qui sont directement liées à la plainte… ».

Par ailleurs, Me Béavogui estime qu’être à la gendarmerie pour une enquête ne veut pas dire qu’on n’est coupable.

« Etre à la gendarmerie pour une enquête ne veut pas dire qu’on n’est coupable mais, il faut bien qu’on respecte la loi. C’est la raison pour laquelle, j’ai demandé à mon client d’éviter qu’on sorte le rechercher dans la ville comme par le passé. Parce que à supposer un seul instant qu’il refusa de venir ça aurait pris à une autre envergure et on serait là à le rechercher par-ci, par-là. Je l’ai vivement conseillé de se présenter à la gendarmerie où on ne parle que de droit, rien que de loi et je pense que jusque-là ça se passe très bien parce qu’aucune rigueur ne lui a été imposée pour quoi que ce soit en dehors des va-et-vient pour les besoins de la procédure. C’est pourquoi, il rentre ce soir à la maison et dès demain vous aurez la suite à partir de 12 heures », explique Me Salif Beavogui.

Présent à la gendarmerie régionale de Dixinn pour audition, le secrétaire général du SLECG version, Souleymane Sy Savané a affirmé qu’il n’y aura pas de confrontation entre Aboubacar Soumah et lui.

« On a terminé par le tribunal parce qu’il fallait bien qu’on passe par ça pour remettre toutes les choses à leur place. Et la confrontation n’aura pas lieu », coupe-t-il court.

Yaya Dramé

628380576

 

  1. Guinée 3 ans il y a
    Repondre

    Béa est devenu une star des cons. Enrichissez vous

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.