Bac 2020. Kiridi aux candidats : “tricher à un examen est un délit, c’est puni par la loi” 

Print Friendly, PDF & Email

Les épreuves du baccalauréat ont été lancées ce mardi, 25 août sur tout le territoire national guinéen. Au lycée Saint Joseph de Cluny, dans la commune de Kaloum c’est le ministre secrétaire général de la Présidence de la République Naby Youssouf Kiridi Bangoura qui a procédé aux lancement des épreuves. Dans ce centre, 296 candidats dont 136 filles ont été répartis dans 10 salles, dans le respect strict des mesures barrières. 

Dans son discours de lancement, le ministre Kiridi Bangoura a invité les candidats à lire plusieurs fois le sujet. 

« Je sais que nos enfants ont passé des semaines à réviser, qu’ils n’ont pas bien dormi hier, mais je leur demande de respirer un coup, de se détendre et de lire plusieurs fois le sujet qui leur sera proposé, quel qu’il soit et de penser à tous les efforts qu’ils ont fournis pendant toutes ces années, à l’effort de leurs parents, de respecter les règles pédagogiques de l’examen, éviter tout ce qui peut les conduire à un délit qui est la tricherie, parce que tricher à un examen est un délit. C’est puni par la loi. Je crois aussi qu’il faut malgré tout respecter les mesures barrières. Je vous souhaite une très bonne chance à vous et à tous les enfants de Guinée qui passent le bac aujourd’hui. Le pays est fier de vous, le Professeur Alpha Condé est fier de vous, vos enseignants sont très fiers de vous. Nous vous souhaitons une bonne chance encore une fois et une très bonne concentration », a-t-il conseillé les candidats. 

Cette année, contrairement aux précédents, les examens se déroulent dans un contexte particulier où tous les secteurs sont touchés par la pandémie à Covid-19.

Selon Ibrahima Yattara, directeur communal de l’éducation de Kaloum, depuis la réouverture déjà les candidats ont été habitués à ces mesures barrières. 

« C’est la première fois de vivre un tel examen parce que nous vivons dans un contexte spécifique qui est le Covid-19, mais les enfants sont déjà habitués parce que nous avons procédé à la réouverture le 29 juin passé, donc ils sont habitués à ces mesures barrières et toutes les dispositions qui ont été prises à cet effet par le département en collaboration avec les partenaires techniques et financiers. Les noms pédagogiques sont connus, les codes pédagogiques connus et tout dernièrement concernant les délégués, le nombre des délégués a été renforcé par le département, tout ça pour protéger nos examens », a-t-il estimé. 

Cette année, ils sont au total 1548 candidats dont 744 filles dans la commune de Kaloum à affronter le baccalauréat unique de 2020. Chose que le ministre Kiridi Bangoura considère comme étant un bon signe 

« Nous sommes heureux d’être à Kaloum où il y a 1548 candidats dont à peu près 700 et quelques filles. Ce qui est un bon signe. Et quand vous regardez une série comme la série mathématique, vous avez presque la moitié des effectifs dans ce centre qui est constituée de jeunes filles. Ce qui prouve que dans notre pays la discrimination de l’enseignement scientifique de plus en plus est en recul. C’est une très bonne chose pour notre pays. Nous félicitons nos enfants d’être à ce niveau déjà et nous leur demandons de prendre courage, de se concentrer pour ces quelques jours-là. Et le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a pris des mesures avec l’agence nationale de sécurité sanitaire pour que les examens se passent dans le maximum de protection possible. Aucun enfant ne sera privé dans son droit à l’examen à cause du contexte Covid », dira-t-il. 

Maciré Camara

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.