Baffoé: “personne n’est au-dessus de la loi, moi-même si je ne porte pas la bavette, ils n’ont qu’à me verbaliser”

Print Friendly, PDF & Email

Le Directeur Général de la police nationale qui a rencontré ce vendredi 10 juillet 2020 les différentes unités de la police guinéenne déployées sur le terrain. A l’occasion de ce rassemblement dans l’enceinte du Ministère de la sécurité et de la protection civile, il a été question de réitérer les consignes du Chef de l’État sur l’application des mesures barrières.

A cet effet, 3 mois depuis que ses hommes sont déployés dans la ville, le Général Ansoumane Baffoé Camara se dit satisfait des résultats.

« Dans un premier temps, c’était d’abord de remercier les hommes qui ont fait plus de 3 mois ils sont dans la rue. Grâce à Dieu, aucun d’eux n’a été infecté et jusqu’à présent ils sont en train de respecter les instructions de l’autorité par rapport aux mesures prises contre le Covid-19 et les résultats sont satisfaisants. La Guinée fait partie des meilleurs pays dans la sous-région dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Je les ai remerciés, je les ai sensibilisés et je leur ai réitéré les instructions de l’autorité suprême c’est-à-dire le Chef de l’État, pour leur dire que nous devons être les premiers à nous protéger avant d’obliger les populations à porter les bavettes et à respecter les mesures barrières », précise-t-il.

Poursuivant, le Directeur général de la police nationale a insisté sur le respect des mesures avant d’inviter les agents de sécurité à faire preuve de courtoisie envers les populations.

« Quand vous avez des citoyens que vous devez verbaliser, quand ils paient les 30.000fg si vous avez des bavettes locales vous leur offrez de sorte que le citoyen puisse se protéger en plein-temps. C’est l’occasion de revenir sur les consignes données non seulement pour le Covid-19 mais les dispositions à prendre pour le futur. Leur dire que personne n’est au-dessus de la loi. Que ce soit moi-même, je suis dans ma voiture, si je ne porte pas la bavette ils n’ont qu’à me verbaliser. De ne se laisser intimider par personne. Les instructions viennent du Chef Suprême des armées et c’est lui notre chef, on va les exécuter à la lettre. N’importe qui voudra faire quoi que ce soit, ça se réglera autrement mais les instructions des autorités vont être respectées pour qu’on puisse bouter cette maladie hors de la Guinée », dira-t-il.

Maciré Camara

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.