Bah Oury alerte : ‘’nous risquons de plonger la Guinée dans une crise de type sahélien”

Print Friendly, PDF & Email

Le parti l’Union Démocratique pour la Renaissance en Guinée (UDRG) dirigé par l’ancien ministre de la Réconciliation nationale Bah Oury a tenu son Assemblée générale, ce samedi, 19 décembre, à son siège à Kipé Dadiya, dans la commune de Ratoma, en banlieue de Conakry.

Cette première assemblée générale a connu la mobilisation des militants et responsables de cette formation politique de l’opposition.

D’entrée, l’opposant historique est revenu sur la situation politique et sociale de notre de la Guinée qu’il juge d’ailleurs “très difficile”.

« Malheureusement, beaucoup de gens ne se rendent pas compte que nous sommes dans une situation extrêmement pénible. Lorsque vous regardez la situation macroéconomique, vous vous rendez compte que les mois à venir seront très difficiles. Lorsque vous regardez les différents problèmes sociaux qui ont été laissés en attente parce que n’ayant pas été résolus, vous vous rendez compte qu’il y a des bombes qui vont exploser peut-être de manière successive, dans les mois à venir », indique Bah Oury.

« J’ai insisté sur ce qui se passe à Wanindara qui est un élément illustratif. Soit les gens veulent qu’il y ait l’explosion, donc on crée des sériés de violences un peu partout, soit on veut aller dans le sens de l’apaisement. Et donc les populations de Wanindara ne sont pas des populations responsables de la situation sociopolitique. Donc comment prendre en otage tout un quartier puisqu’on dit qu’un policier a été tué ? Pour quelle raison entrer dans un quartier pendant toute une nuit, tirer et arrêter des gens sans pour autant faire des enquêtes et rechercher des coupables ? C’était une volonté de terroriser et une volonté de réduire au silence une partie des ressortissants et habitants de Wanindara. Et ça ce n’est pas une attitude qui vas être payante, parce que plus vous poussez quelqu’un dans ses derniers retranchements plus il va se radicaliser et plus il se donnera les moyens de se venger », alerte M. Bah.

Pour lui, « nous risquons par l’attitude du pouvoir de la manière répressive qu’elle est en train de faire, de plonger la Guinée dans une crise de type sahélien, avec ce que nous avons vu au Mali, ce qui s’est prolongé au Burkina et au Niger. Et les responsables de ça seront ceux qui utilisent la violence systématique contre les populations dans les quartiers ».

Pour finir, le président de l’UDRG préconise une piste de solution : « il faut qu’on dise aux gens que ce que vous êtes en train de faire, c’est pour nuire à la sécurité nationale, vous êtes en train de détruire la paix dans ce pays. J’espère avec l’aide de Dieu qu’ils comprendront raison et que les populations feront en sorte de ne plus tomber dans les pièges qui vont amener quelqu’un, pour des raisons qui ne sont pas claires à violenter des habitants de certains quartiers ».

Mamadou Yaya Barry

1 Commentaire
  1. Fodé 1 mois il y a
    Repondre

    Quelle crise de type sahalien
    La Guinée ne connaîtra jamais une telle crise.
    Détrompez vous Monsieur

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.