Connect with us

Politique

Bah Oury sur le cas Damaro: ‘’un député doit lui-même demander la levée de son immunité’’

Le vice-président exclu de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) -parti dirigé par Cellou Dalein Diallo- n’est pas sur la même longueur d’onde que le député Amadou Damaro Camara sur l’affaire qui oppose ce dernier à l’association des magistrats de Guinée.

Amadou Oury Bah qui s’exprimait ce mercredi 8 mai chez nos confrères de la radio Espace fm, a estimé que si une autorité publique tel qu’un député, a un problème avec la justice, il doit recourir au conseil supérieur de la magistrature.

« Si on considère qu’un magistrat ne fait pas correctement son travail et qu’on est investi d’une autorité publique comme parlementaire, il faut recourir au conseil supérieur de la magistrature pour que ce dernier puisse être mis devant ses faits pour être jugé. Ça c’est la démarche la plus productive qui obligerait les magistrats à être en conformité à tout moment et en toute circonstance avec le droit, ça c’est extrêmement important et je crois que ça n’a pas été fait », a-t-il regretté avant d’expliquer que si un député met en cause l’autorité judiciaire, cela peut amener une forme d’ingouvernabilité dans un pays.

« Lorsque vous êtes investi d’une autorité publique et que vous mettez en cause d’une manière publique des autorités qui sont chargées de gérer la justice, vous créez sans vous en rendre compte une attitude qui peut amener une forme d’ingouvernabilité du pays, parce que si c’est le droit qui prime et que les magistrats sont sensés assumer cela, ils vont perdre la légitimité de par l’action de responsables politiques de premier rang et qui sont de surcroît des députés, il va de soi qu’une action judiciaire ne pourra pas prospérer », a expliqué Bah Oury, indiquant que le député lui-même doit demander la levée de son immunité s’il estime qu’il ne se reproche de rien.

Lorsqu’un député qui se respecte, a un problème avec la justice et qu’il y a une action qui demande la levée de son immunité parlementaire, s’il estime en âme et conscience qu’il n’a rien n’a se reprocher, c’est lui-même qui doit dire à l’assemblée de levée son immunité pour permettre à la justice de faire son travail, pour ne pas que je me réfugie derrière mon statut de député. Dans ce pays, il faut qu’on évite de nous réfugier derrière nos statuts pour avoir une forme d’impunité. Il y a beaucoup de gens qui le font dans ce pays, qu’ils soient du pouvoir comme de l’opposition », a-t-il indiqué.

Thierno Sadou Diallo 

+224 626 65 65 39

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook