Connect with us

Politique

Bah Oury tranchant sur Tfm : ‘’pas admissible de laisser la Guinée s’effondrer par une volonté de maintenir un pouvoir’’

Published

on

VIDÉO. Il n’a jamais été aussi catégorique sur le référendum. Le président de l’Union pour la démocratie et le développement (UDD) et fondateur de l’UFDG Amadou Oury Bah a été tranchant dans son interview sur la chaîne de télé privée sénégalaise TFM (Télé Futur Media) de Dakar. L’opposant modéré a réitéré son opposition farouche au changement de Constitution en Guinée devant permettre à Alpha Condé de se maintenir au pouvoir au-delà de 2020. Il a surtout tapé sur les mobilisations ça et là en faveur du président guinéen.

« (…) Il n’est pas admissible de laisser la Guinée s’effondrer par une volonté de maintenir un pouvoir, un 3è mandat, et des risques de déstabilisation de ce pays qui va rejaillir sur l’ensemble de la sous-région qui est une sous-région convalescente. C’est une nécessité de sécurité nationale et de sécurité régionale », dit-il. « Parce que, ajoute-t-il, ce qui est proposé par le gouvernement a été déjà fait en 2000 et nous avons connu l’une des décennies les plus noires sous le général Lansana Conté avec des massacres, des tragédies, 22 janvier 2007, 28 septembre 2009, le retard économique. La Guinée ne peut plus se permettre de revenir encore en arrière comme si elle est incapable de retenir les leçons de son histoire ».

Ce que nous avons vu sur les images avec le retour du président [Alpha Condé de Sotchi], c’est extraordinaire. Aujourd’hui, est-ce que vous pensez d’avance que vous avez la population avec vous parce qu’il y une frange, une bonne fange qui semble être du côté du président ? Lui demande le journaliste sénégalais. « Si vous dépensé des milliards des deniers publics pour embrigader des populations, des écoliers pour une cause qui n’est pas explicite, accueillir le président de la République et par contre vous fermez les yeux sur des centaines de milliers de personnes avec leurs t-shirts rouges (il n’achève pas la phrase)”, répond-il.

Ça vous a fait rire ou ça vous a fait frémir quand vous avez vu le président accueillir par des centaines de milliers de personnes qui ont fait des jalonnements jusqu’au palais [Sékhoutouréya] quasiment ?

Non…Vous savez il y a des images déformant… La réalité aujourd’hui, si on est sûr d’un soutien populaire, pourquoi interdire les manifestations? Pourquoi tirer sur les populations civiles? Pourquoi empêcher les militants du FNDC de marcher tranquillement pour montrer des milliers et des milliers voire des centaines de milliers de personnes qui ne reçoivent pas un rond pour sortir ? Interroge-t-il. Vidéo…

Noumoukè S.

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • L’UE lève ses sanctions contre deux personnalités de la RDC 9 décembre 2019
    Le Conseil de l’UE a décidé de lever ses sanctions contre l’ancien porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende et l'ex chef de la sécurité intérieure et de l’Agence nationale des renseignements Roger Kibelisa. 
  • Allemagne, le SPD reste dans la coalition au pouvoir 9 décembre 2019
    La rencontre en France sur l’avenir de l’Ukraine est commentée par la presse allemande, mais il est également question des conclusions du congrès des sociaux démocrates allemands et de la coalition au pouvoir à Berlin.
  • Les citoyens attendent plus de la COP25 9 décembre 2019
    Militants écologistes, associations, ONG ou particuliers se mobilisent à Madrid pour rappeler l'urgence climatique aux dirigeants politiques. Ils appellent notamment à oser changer de système économique.
  • La Russie exclue des Jeux Olympiques pour quatre ans 9 décembre 2019
    L'Agence mondiale antidopage a décidé ce lundi d'exclure la Russie des Jeux olympiques pour quatre ans. Les sportifs russes ne pourront participer au JO de Tokyo en 2020 et de Pékin en 2022 que sous bannière "neutre".
  • RDC: des députés exigent la mutation des soldats dans l'est 9 décembre 2019
    Face aux massacres commis par les rebelles ADF contre les populations civiles du territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu (est), l’opinion exige la mutation des officiers de l’armée congolaise.
  • Bundesliga J14 : Gladbach vient à bout du Bayern Munich 9 décembre 2019
    Menés 0-1, les Poulains ont fini par s'imposer face aux Bavarois dans les dernières minutes de la rencontre. Gladbach est leader, avec un point de plus que le RB Leipzig. Le Bayern est septième.
  • Von der Leyen en Afrique pour son premier déplacement hors UE 8 décembre 2019
    Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission de l'Union européenne, a choisi Addis Abeba pour son tout premier déplacement après sa prise de fonction. Un voyage court avec un agenda chargé.
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au Sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.
  • Une affaire Skripal façon allemande 5 décembre 2019
    Deux employés de l'ambassade russe à Berlin déclarées personae non grata pour ne pas assez coopérer dans une enquête sur un meurtre commis en Allemagne, qui pourrait avoir été commandité en haut lieu.
  • Nouvelle arrestation d'un militant des droits de l'Homme au Tchad 5 décembre 2019
    D'abord interpellé pour diffamation, Mahamat Nour Ahmat Ibedou est désormais accusé de meurtre et tentative de meurtre. A N'Djamena, comme dans la diaspora, des voix s'élèvent pour dénoncer cette nouvelle arrestation.
  • "Il n'y a pas de complot extérieur contre l'Afrique" A. Ould Abdallah 5 décembre 2019
    Alors que le sentiment anti-français croît de nouveau au sein des populations dans le Sahel, Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, dénonce son instrumentalisation.