Bah Ousmane : ‘’ceux se précipitent pour aller attendre le cadavre de l’UPR au cimetière l’attendront longtemps ’’

Print Friendly, PDF & Email

Le président de l’Union du Progrès et le Renouveau (UPR), Elhadj Ousmane Bah, confirmé à son post par le président Alpha Condé, comme ministre d’Etat, ministre conseiller du Président de la République chargé des questions d’infrastructures a reçu ce samedi, 30 janvier 2021, au siège national de son parti sis à la Minière, les cadres et responsables de sa formation politique. Ils étaient venus lui réaffirmer leur solidarité et leur soutien suite à cette confiance renouvelée du chef de l’Etat.

Dans un long réquisitoire, le président de l’UPR explique que « cette rencontre consiste pour un premier temps à remercier le président de la République, pour l’honneur qu’il a bien voulu faire à un président du parti en le reconduisant au poste du ministre d’Etat, conseiller spécial chargé des questions d’infrastructures(…) A l’intention des détracteurs et ceux qui sont ou qui se précipitent, pour aller attendre le cadavre de l’UPR au cimetière, alors, l’expérience est faite qu’il faudra attendre longtemps », dit-il.

Poursuivant, il a tenu à rappeler : « Je vois beaucoup de chapelets qu’on tourne, nous avons demandé de ne pas se fatiguer. Je suis sûr d’une chose, si on voit l’UPR encore ici, c’est parce que tous ces doyens, toute cette notabilité et les imams sont restés des nuits durant, pour faire des prières et pour faire des douaous pour ce parti », s’est-il réjouit.

Plus loin, l’ancien ministre des Travaux publics a martelé : « Il faut que je vous dise parce que nombreux sont parmi nous qui pensent que Bah Ousmane va faire comme il était au TP à savoir construire des routes et faire des ponts. Ce n’est pas ça. Mais c’est l’expérience que Bah Ousmane a acquis au Ministère des Travaux publics qui fait que le président a voulu que je le conseil en matière d’infrastructures (…) Et dans ce sens, je ferai de mon mieux à la limite de mes capacités physiques et intellectuelles, pour accomplir à bon échéant ce qu’il attend de moi », insiste-t-il.

Aujourd’hui, dit-il, « ceux qui vont dire que Bah Ousmane n’est pas dans le gouvernement ou que je n’ai rien, je dis d’accord. Mais je considère qu’être le conseiller du président de la République de Guinée, c’est quelque chose et je l’accepte (…) Nous sommes appelés à nous donner d’avantage les mains, pour construire notre pays, pour construire notre nation, car personne d’autre ne le fera à notre place. »

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.