Baidy Aribot brise le silence : « je n’en veux à personne car c’était écrit… »

Print Friendly, PDF & Email

Au cœur d’une polémique qui agite la toile, le désormais ancien vice-gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) Baidy Aribot a brisé le silence. Le « HAMBAK » guinéen, comme l’appellent affectueusement ses fans, a appelé ses soutiens au calme, indiquant qu’un « être humain n’échappera jamais à son destin ». Lisez👇👇

Le Prophète Mohamed PSL n’a pas échappé à la haine et à l’humiliation de ses ennemis. Sans prétention démesurée de me comparer à ce grand guide, je voulais rappeler en tant qu’être humain, on n’échappera jamais à son destin.

Dans ce bas monde qui décrit un cercle aux contours distinctes, les actions d’un homme lui reviennent toujours par la seule voie que Dieu connaît.
Si tu fais le bien, tu le fais pour toi-même. Si tu fais du mal aussi tu l’auras fais pour toi-même.
Pour ma part, je reste toujours croyant et serein en toutes circonstances. Les épreuves du temps sont du ressort de l’omnipotent, l’unique…
Encore une fois, le pouvoir n’est pas un patrimoine encore moins un héritage, c’est une fonction. Tout arrive en son temps et avec le temps rien n’est fortuit.
La personne la plus parfaite au monde fut sans nul doute le Prophète Mohamed PSL, il n’a pas échappé à la haine et à l’humiliation de ses ennemis. Sans prétention démesurée de me comparer à ce grand guide, je voulais rappeler en tant qu’être humain, on n’échappera jamais à son destin. Je remercie tout un chacun de vous pour vos messages de compensation et de soutien à mon égard . Mais ne blâmez personne, n’insultez personne et évitez le débat éthique dans vos réactions et vos propos, laissons le temps faire son travail. Je n’en veux à personne car c’était écrit . Donc, rendons grâce et louange à Dieu qui est le seul détenteur du suprême. Le combat à venir sera rude mais il sera gagné sous le signe d’un grand rassemblement . Merci chers tous. »

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.