Bamako : qui en veut à Boubacar Condé, le secrétaire fédéral de l’UFDG ?

Print Friendly, PDF & Email

A Bamako, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo ne semble pas s’être remise encore de sa défaite à la présidentielle du 18 octobre dernier en Guinée.

Pour preuve, son très expérimenté secrétaire fédéral,  M. Boubacar Condé, est dans le viseur de ses détracteurs qui le rendent en partie responsable de cette défaite face à un RPG Arc-en-ciel rajeuni et mieux organisé ici au Mali.

Selon une source bien informée, c’est un complot qui serait plutôt ourdi par Soguiba Barry (secrétaire général de la Jeunesse de l’UFDG) et Mr Habib Diallo (ex Secrétaire administratif de l’UFDG) pour évincer Mr Condé. « J’avoue qu’ils veulent mettre pression sur Mr Boubacar Condé pour qu’il puisse rendre sa démission pour le faire remplacer par Soguiba Barry, parce qu’il a l’argent ou autre chose », apprend-on de cette source.

Cette information a été confirmée par Mr Modibo Keïta, le directeur de campagne de l’UFDG pendant les élections du 18 octobre 2020. Il dit regretter d’avoir rendu service à l’UFDG du Mali, justifiant qu’ils ont été mal récompensés par les responsables d’ici. Joint au téléphone par Mediaguinee, Mr Modiko Keïta se lâche :

« J’avoue que je regrette aujourd’hui d’avoir travaillé pour ces gens-là pendant cette élection. Je suis au courant de tout ce qui s’est passé. J’étais le directeur de campagne, en même temps membre de la CEAMI. Donc je connais ce dossier. C’est un dossier monté de toutes pièces pour enlever ce monsieur Condé à la tête du parti.  Mais ce que je vais vous dire, si ce Condé part de l’UFDG, c’est fini pour ce parti ici au Mali. Je connais la qualité de ses services au sein de ce parti. D’ailleurs, pour vous démontrer que l’information qui été publiée sur les réseaux sont fausses, c’est moi qui ai monté le budget de la campagne. On a cherché l’argent mais on n’a même pas eu le quart de ce dont on avait besoin. Et aucun franc n’est venu de Conakry pour nous être donné. Nous, on galère ici pendant les campagnes, ils envoient l’argent à Cellou pendant que nous, nous souffrons…Pour le résultat, c’est effectivement le RPG Arc-en-ciel qui a gagné ici sans tricherie. J’étais le directeur de campagne et j’étais membre actif au sein de la CEAMI. C’est vrai que nous avons battu le RPG dans certains bureaux de vote mais leur victoire est  méritée. Ceux qui veulent faire porter le chapeau de la défaite  à Mr Condé aujourd’hui, ce sont eux qui ont failli. Je leur demandais toujours s’ils ont pris des dispositions pour le Niger et le Burkina. Ce fameux Soguiba Barry me dit oui. Et si je vois que le RPG nous a écrasés là-bas, donc c’est leur faute, pas celle de M. Condé. Comme personne n’osera me demander, sinon… » 

Contacté, le secrétaire fédéral, Mr Boubacar Condé, n’a pas voulu commenter cette actualité.

« Mr Traoré, avec tout le respect que je vous dois en tant que journaliste, je ne veux pas commenter ce sujet mais Dieu jugera. Je sais tout ce qui se dit entre eux là-bas mais je m’en remets à Dieu. », s’est-il contenté de dire, en guise de réponse. Affaire à suivre …

Moussa Oulen Traoré

1 Commentaire
  1. SAÏDOU DIALLO 3 mois il y a
    Repondre

    Des spéculations non fondées qui mettent en nues le soi-disant Directeur de campagne. Finalement, sa position est connue, un traître qui était au service du RPG pour faire échouer l’UFDG. Il n’a aucune qualité qui permettait d’être à ce poste, mais vue que d’autres ne pouvaient accomplir la mission de trahir le parti seul, ils se sont fait approcher par un venant de nulle part au solde du parti RPG.

    Pour la petite anecdote, lors du dépouillement, celui (soi-disant Directeur de campagne) en même temps membre de la CEAMI, qui était censé être neutre ou du moins défendre le parti qui lui a porté cette confiance, a plutôt aidé le RPG à valider un procès-verbal émaillé de toute irrégularité, et contesté par les vaillants jeunes de l’UFDG.

    Concernant le journaliste Traoré, il faut signaler qu’il œuvre au solde de l’ambassade, donc aucune crédibilité pour l’exercice de sa fonction journalistique.

    Ce jeune Traoré, dont je qualifierais le journaliste alimentaire, m’a confirmé au téléphone d’avoir approché UFDG, mais il n’a pas été conditionné par des pots-de-vin, et il s’acharne contre le doyen Habib par ce que, ce dernier a plus d’expérience que lui et qui exerce ses fonctions dans les règles de l’art.

    Pour la preuve, j’ai l’enregistrement de notre conversation téléphonique.

    UFDG, est un parti démocratique, mais ça ne veut pas dire que nous allons accepter la médiocrité des personnes qui font la politique du ventre.

    Ce journaliste alimentaire, doit beaucoup apprendre, je lui ai eu téléphone et en toute franchise, il est loin d’être à la hauteur, il n’a même pas su se spécifier et pourtant ma question etait simple : êtes-vous un journaliste d’investigation ?

    Sa réponse était “je couvre un peu partout, les cérémonies les regroupements…”

    Avec cette ambiguïté, comment pourrons nous prendre en contre ses divagations ?

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.