Bangaly Keïta, UFC : ‘’l’UFDG souffre d’un terrible dysfonctionnement. Son leader Cellou Dalein a un deal avec Alpha Condé’’

Print Friendly, PDF & Email

Bangaly Keïta est le responsable de la Communication de l’Union des forces du changement (UFC) de l’ancien ministre Aboubacar Sylla. En réaction à la sortie sur Mediaguinee de Alpha Bacar Bah de l’UFDG qui dit que l’UFC d’avoir un deal avec le pouvoir, Bangaly Keïta a balayé l’accusation. Il a plutôt accusé l’UFDG et son leader d’être sous contrat. Entretien

Mediaguinee : Quelle est votre réaction par rapport à la sortie du chargé de communication de l’UFDG Alpha Bacar qui vous accuse d’avoir démissionné de l’opposition républicaine parce que vous avez un deal avec le pouvoir

C’est avec beaucoup de surprise et beaucoup d’ironie que j’ai accueilli la réaction d’Alpha Bacar de l’UFDG qui est entrain de trouver ailleurs les raisons de la démission de l’Union des forces du changement (UFC, ndlr) au sein de l’opposition républicaine. S’il y a bien un parti politique, s’il y a bien un leader politique qui a pris des engagements avec Alpha Condé, c’est bien sûr Cellou Dalein Diallo, lui qui a accepté de négocier en dehors du cadre parlementaire, son budget de chef de file de l’opposition contrairement à la loi, lui qui se fait doter de moyens par le pouvoir, c’est bien sûr lui qui a avec son parti un engagement avec Alpha Condé. C’est que nous nous avons de l’autre côté, on a fait notre constat sur cette opposition républicaine qui n’était plus dans le cadre des objectifs qui l’avaient créée, lesquels objectifs consistaient à assurer l’encrage démocratique afin de favoriser l’alternance politique. Aujourd’hui, nous constatons que ces objectifs ne sont plus poursuivis par cette entité. Il y a des problèmes de leadership au sein de cette entité, il y a des problèmes de disfonctionnement qui touchent même les stratégies que l’opposition doit avoir par rapport aux réponses qu’elle doit réserver aux problèmes de société qui se posent dans notre pays. Donc, on a fait le constat que cette situation était tellement ancrée que les tentatives de solution que nous avons initiées n’ont pas pu influencer sur le cours des évènements et que par conséquent, il n’y avait d’autres choix que de démissionner de cette entité qui ne poursuivait plus les objectifs qui l’ont fondée, donc c’est la raison du départ de l’UFC de l’opposition républicaine. Mais le problème de l’UFDG, c’est le refus du débat objectif, du débat démocratique, du débat républicain, le fait de s’ériger toujours en donneur de leçon, alors que ce parti souffre d’un terrible disfonctionnement, ce parti lui même a beaucoup de difficultés, parce que les objectifs que poursuivent les militants ne sont pas ce que poursuivent les responsables. Donc, nous pensons que Alpha Bacar a fait une compilation de fables parce que tout ce qu’il a révélé n’est pas juste, la vérité est que le parti qui a un deal et le leader qui a deal avec Alpha Condé c’est bien sûr l’UFDG et Cellou Dalein Diallo

Est-ce que la démission de l’UFC au sein de L’opposition républicaine n’est pas due au fait que l’UFDG n’a pas accepté que vous fassiez une liste commune aux élections du 04 février prochain ?

Pas du tout, je peux vous garantir que cette démission n’a d’autres raisons que celles que nous avons évoquées. Nous avons fait le constat, les problèmes que je venais d’exposer dont souffre l’opposition républicaine ne sont pas liés au problème de listes communes à ces élections qui pointent. Chez nous, nous avions au bureau politique de l’UFC, à travers les recommandations de ses militants, nous avons fait le choix d’aller à ces élections communales et locales indépendamment, c’est à dire sous son propre label. Donc, ce n’est pas dans cette situation qu’il faut trouver la réponse. La réponse c’est le dysfonctionnement qui affecte l’opposition républicaine et qui la rend totalement inefficace à assurer son rôle de contre-pouvoir.

Est-ce que l’UFC va participer à ces élections ?

Effectivement, nous comptons briguer les suffrages des populations à l’occasion de ces communales et locales. Nous sommes à pieds d’œuvre pour que nous puissions terminer l’établissement des listes dans les circonscriptions communales et locales où nous comptons nous présenter pour briguer les suffrages des citoyens. Je peux vous garantir que l’UFC ira à ces élections, pour faire en sorte que localement elle puisse mettre en œuvre sont ambitieux programme et projet de société pour notre pays, celui de sortir la Guinée de cette ornière qui n’a que trop duré à travers une politique de décentralisation qui va payer pour les populations à la base.

En cas de second tour, est-ce qu’il y a une possibilité d’alliance avec l’UFDG ?

Je ne peux pas à ce stade garantir cet état de choses mais c’est le terrain qui va commander. Le cap aujourd’hui, c’est que nous irons à ces élections, nous allons maximiser nos chances-là, pour que nous puissions bénéficier des mairies et des postes dans les conseils communaux.

Après cette démission, pouvons-nous nous attendre voir l’UFC rejoindre le PEDN, l’UFR qui se réclament de l’opposition plurielle ?

Effectivement dans la déclaration que nous avons publiée dans la presse, nous avons expliqué que nous quittons l’opposition républicaine, mais nous sommes dans l’opposition politique plurielle. Donc, l’UFC est toujours opposant au régime qui est en place, donc nous sommes de l’opposition plurielle.

Propos recueillis par Thierno Sadou Diallo

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.