Bano : ‘’les écoles qui recevront le matériel et l’installeront, auront l’autorisation d’ouvrir’’

Print Friendly, PDF & Email

Après des mois de congés forcés, les élèves ont enfin repris le chemin de l’école ce lundi 29 juin sur toute l’étendue du territoire guinéen. En ce jour de reprise, le nouveau ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA) a sillonné certaines écoles de la capitale Conakry, notamment l’école du centre et le lycée 2 Octobre dans la commune de Kaloum. Dr Alpha Amadou Bano Barry se dit satisfait du constat.

« Le constat est plus que satisfaisant, il est bon et même très bon. Ça c’est le premier constat. Le deuxième c’est que nous constatons que toutes les mesures qui ont été édictées sont respectées, les barrières sanitaires, la distanciation et la présence effective de tous les enseignants et de près de 85 à 90% des élèves, nous sommes satisfaits de la première journée. Je pense que ce qui nous a été demandé à la fois par l’ANSS mais aussi par le conseil scientifique, ces mesures sont respectées. C’est-à-dire que vous n’avez pas une seule salle de classe avec plus de 25 élèves, première des choses. Deuxième des choses, la distance est au minimum de 1 mètre, 1 mètre 30. Troisième élément, il y a suffisamment de kits de lavage des mains et suffisamment de savon. D’ailleurs, je vais demander aux écoles qu’au lieu de laisser les savons entiers, de les couper, peut-être qu’en les coupant la tentation des Sow sera moins forte de prendre le morceau de savon et de l’emmener à la maison », instruit-il.

Dans un communiqué à la veille de cette réouverture, il a été indiqué qu’une école n’ouvrirait que si les mesures barrières sont respectées.

Pour le ministre de l’Education nationale, les écoles n’auront l’autorisation d’ouvrir que si elles respectent ces mesures.

« Le communiqué que nous avons passé hier indique clairement qu’une école n’ouvre que si les mesures barrières sont respectées. Celles qui n’ont pas reçu le matériel n’ont pas ouvert l’école aujourd’hui. Au fur et à mesure que les écoles vont recevoir le matériel et qu’elles vont l’installer, elles auront l’autorisation d’ouvrir. Cette ouverture est étalée du 29 juin au 6 juillet. Le dernier délai pour l’ouverture sur l’ensemble du territoire nationale est fixé donc au 6. Ça veut dire que demain [mercredi] il peut y avoir des écoles qui ouvrent et nous allons encore vérifier, nous allons encore aller demain à Matam, à Dixinn, nous irons à Ratoma probablement après demain, et nous irons entre jeudi ou vendredi dans les environs de Coyah ou de Dubréka pour vérifier l’effectivité de l’ouverture des écoles », a-t-il déclaré.

Quant à la question de savoir si le temps imparti est suffisant pour compenser ces mois de congés forcés, Dr Bano Barry répond que toutes les dispositions sont prises pour combler ce déficit horaire.

« Vous calculez en terme de nombre de jours, nous nous calculons en terme de volume horaire, c’est différent. Nous savons le déficit en volume horaire que nous avons connu à la fois pour le primaire qui a connu un déficit moins important que l’enseignement secondaire. Ce que nous avons demandé à toutes les écoles de Guinée c’est en fonction du déficit du volume horaire que chaque école dans son emploi du temps mette en place des dispositifs qui permettent en réalité de combler le déficit en volume horaire. Dans un jour, vous avez combien d’heures ? En réalité au lieu de faire 6 heures on peut faire 8 heures. Deuxième des choses on a aussi demandé à toutes les écoles que toutes les matières qui ne sont pas concernées par les examens soient retirées dans le programme pour récupérer le volume horaire. Troisième des choses, on a demandé d’ajuster le volume horaire de tous les cours pour tenir compte de la possibilité de combler le déficit. Au moment où on arrêtait les cours on était entre 70 ou 75% du volume horaire global parce que les cours devaient se terminer au mois de mai, je dois rappeler cela. Et donc ce que nous avons comme déficit, nous sommes certains de pouvoir le combler pour les classes d’examen », a-t-il assuré.

Pour terminer, Dr Bano Barry précise que les classes intermédiaires reprendront les cours dès le départ des classes d’examen.

« Et nous allons nous assurer d’avoir un volume horaire suffisant pour pouvoir faire les examens de passage en classe supérieur mais en même temps nous allons prendre une partie du temps de l’année prochaine, nous allons décaler la fermeture de l’année prochaine, au lieu d’arrêter les cours au mois de mai, nous allons l’envoyer au mois de juin pour récupérer ce qui a été perdu cette année », dira le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Maciré Camara

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.