BCRG : le gouverneur Louncény Nabé se défend dans l’affaire l’opposant aux établissements Alsény Bangoura et associés

Print Friendly, PDF & Email

Invité ce mardi 2 novembre 2021 dans l’émission « Les Grandes Gueules d’ESPACE FM, « Louncény Nabé, Gouverneur de la Banque centrale, s’est exprimé sur beaucoup de sujets, notamment sur ce qui l’oppose aux Établissements Alsény Bangoura et associés et cette affaire de chèque qui se trouverait avec lui.

D’abord, n’ayant jamais répondu aux différentes convocations des tribunaux, il (le gouverneur) dira qu’il n’est jamais informé qu’il est convoqué en tant que gouverneur de la Banque centrale ou en tant que personne physique. Tout en ajoutant que ce que les gens ne disent  pas autour de ce sujet, c’est l’origine. « J’ai  hérité de ce que je peux appeler littéralement d’une patate chaude. L’affaire Alsény Bangoura remonte à la présence du Général Conté quand existait un secrétariat d’Etat au Tourisme  et où il y avait à l’époque madame Natenin Camara. Le secrétariat d’Etat au Tourisme a signé, me semble-t-il, un contrat de bail dont les établissements Alsény Bangoura et associés géraient l’établissement. Puis, le patrimoine bâti public a mis certaines dépendances de cet hôtel en location et a perçu des loyers concernés.  Monsieur Alseny Bangoura en sait, il a porté plainte contre le patrimoine bâti et il a eu raison et il a pratiqué une saisie-arrêt, il a déposé un acte de saisie-arrêt sur le compte du patrimoine bâti à la Banque centrale de la République de Guinée.  Au départ, je vais dire que la banque centrale n’est absolument pas concernée directement ni indirectement.  Pour le reste, il y a eu une nouvelle procédure. Vous me permettrez de ne pas faire de commentaire sur cette procédure, étant donné que la justice est saisie », a-t-il précisé. 

Accusé de détenir un chèque qui devait revenir à des particuliers, Louncény Nabé a souligné que le chèque est à la banque centrale et qu’il serait transmis  par la justice. « C’est la même chose que le jugement qui oppose GAC et certains coutumiers de Kamsar. Ecoutez, il y a des publications que j’ai lues qui est un petit peu révoltantes m’attribuant le vol de chèque. On parle de choses qu’on ne comprend pas, le vol c’est la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui. Les structures de la banque centrale ont un chèque qui, aujourd’hui, a été transmis par le ministère de la Justice. Donc le chèque est avec les structures de la banque centrale, une nouvelle procédure est là…Ce que je peux vous dire, le chèque dont il est question représentant le quart  de la condamnation pour un total semble-t-il de 17 milliards, le chèque là est à la banque centrale avec une lettre officielle de transmission du ministère de la Justice. La procédure est pendante devant le tribunal de première instance de Kaloum. Pour une fois, respectons la justice, attendons ce qu’elle va décider », a-t-il  expliqué. 

Christine Finda Kamano 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.