Béa Diallo rencontre le CNOSCG : ‘’parlons-nous s’il vous plaît et trouvons des compromis’’

Print Friendly, PDF & Email

L’échevin ixellois Lansana Béa Diallo a initié une série de rencontres avec les acteurs de la société civile, les religieux et évidemment ceux qui peuvent contribuer à mettre en place un véritable dialogue en Guinée. Ce jeudi, l’ancien boxeur d’origine guinéenne était dans les locaux du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG) dirigé par Dr Dansa Kourouma.

À la sortie de la réunion qui a duré une heure, Béa dit être convaincu de la réussite de sa démarche pour un dialogue en Guinée.

« Le CNOSCG est un acteur de la société civile incontournable. C’est pourquoi, je viens de demander aux acteurs de la société civile de m’accompagner dans ma démarche que j’ai envie de mettre en place et de mettre tous les acteurs politiques, de la société civile, les religieux et évidemment tous ceux qui peuvent contribuer à mettre en place un véritable dialogue en Guinée aujourd’hui autour de la problématique qu’on rencontre. (…) Aujourd’hui, c’est une récession mondiale provoquée par la crise du Coronavirus. Donc, il est important de se mettre autour d’une table rapidement pour que la Guinée puisse avancer. Je pense que la société civile peut jouer à ce rôle-là. Je pense que dans le monde entier le véritable curseur, c’est la société civile. Et je pense que vous avez un rôle qui est essentiel que vous devriez jouer pas un rôle partisan mais ça doit être un rôle d’intérêt beaucoup plus général pour pouvoir m’accompagner dans mes démarches », précise-t-il.

Selon Béa Diallo, les acteurs n’ont le choix aujourd’hui que de l’écouter dans ses démarches pour pouvoir mettre tous les acteurs de dialogue autour d’une même table’’

« Je pense que la situation dans laquelle la Guinée se retrouve aujourd’hui, les acteurs n’ont pas le choix que de m’écouter. Et ils n’ont pas le choix que de venir autour d’une table pour trouver des solutions ensemble. Je pense que la Guinée a assez souffert et on a eu assez de sacrifice, des enfants qui ont été tués pendant plusieurs années. Et aujourd’hui, on doit trouver des solutions pour pouvoir changer ça et cette solution ne peut venir qu’en se disant parlons-nous s’il vous plaît et trouvons des compromis et des consensus qui nous permettront d’avancer sans nécessairement bafouer et oublier surtout la population qui est le centre même de l’intérêt de la Guinée », a fait savoir l’échevin PS à Ixelles.

Yaya Dramé

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.