BEPC 2020: plus de 22 mille candidats affrontent l’examen à Matoto 

Print Friendly, PDF & Email

Cette année, c’est le lycée Léopold Sédar Senghor de Yimbaya dans la commune de Matoto qui a servi de cadre au lancement des premières épreuves du BEPC. Mamadouba Tos Camara, maire de ladite commune, a procédé au lancement de l’épreuve de rédaction devant le directeur communal de l’éducation, le proviseur du lycée et les superviseurs éducatifs.  

Dans son intervention de circonstance, Tos Camara a invité les surveillants à plus de professionnalisme pour le déroulement normal de cet examen qui marque l’entrée au lycée.

« Nous souhaitons bonne chance aux enfants parce qu’il n’est pas facile d’affronter les examens. Nous sommes tous passés par là. Donc, il faut l’aborder avec sérénité et beaucoup d’intelligence. Merci à tous ceux qui ont contribué afin que les épreuves se passent dans les conditions normales et que nos enfants soient protégés pour mieux aborder les épreuves. Pour que les examens se passent dans les conditions normales, il faut que les surveillants soient à la hauteur. Et que le délégué ne passe pas par mille chemins. S’il a en tête que la tolérance est zéro, je pense que tout le monde respectera les consignes données par l’éducation », dit-il.

Le Directeur communal de l’éducation a, quant à lui, rappelé la rigueur et l’exigence auxquels les élèves doivent se soumettre afin de passer le BEPC.  

« Comme vous avez constaté, chez nous ça va. Nous pratiquons les conseils que nous avons reçus de part et d’autre. D’abord à commencer par notre inspection régionale de l’éducation jusqu’au département. Donc, avec les conseils qu’ils ont donnés, nous évoluons. L’exigence, il faut avoir sa carte pour dire qu’on est candidat.  Et, aussi, personne ne va travailler à la place de l’autre. Donc, la tolérance est zéro pour cent », a indiqué Daouda Doumbouya, DCE de Matoto.

En ce qui concerne les mesures liées à l’état d’urgence sanitaire, les dispositions sont prises. Élèves et surveillants, tous portent leurs masques et respectent la distanciation.  

Pour le compte de la commune de Matoto, la plus grande de la Guinée, 22mille242 candidats, dont 10mille653 filles encadrés par 1653 surveillants, passent cet examen dans 52 centres.

Mohamed Cissé

 +224 623-33-83-57 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.