Bernard Goumou, ministre du Commerce : « l’État subventionne et continue de subventionner le prix du blé »

Print Friendly, PDF & Email

Contre toute attente, le gouvernement de la transition guinéenne a procédé le vendredi, 03 décembre, à l’augmentation du prix du pain sur le marché. Ainsi la baguette double de pain est passé de 4 000 à 4 500 Gnf au grand dam de la population.

Malgré cette augmentation, le ministre du commerce, de l’industrie des petites et moyennes entreprises soutient que l’État subventionne et continue à subventionner le prix du blé.

« L’État subventionne et continue à subventionner le prix du blé. Aujourd’hui, l’État accepte dédouaner le prix du blé à 60 dollars au cordon douanier. Lorsque le prix du blé était à 280 dollars chez le cordon douanier, l’État accepte dédouaner à 60 dollars. Aujourd’hui, le prix du blé est passé à 430 dollars. Il y a un écart de 370 dollars que l’État renonce à ses taxes pour que le prix du pain ne soit pas exagérément augmenté. Aujourd’hui, l’État continue à subventionner, à apporter son appui à la population. Je voudrais rassurer la population qu’effectivement, l’État a subventionné et continue à subventionner le prix du blé », a expliqué Docteur Bernard Goumou, dans « Mirador », de la radio Fim fm.

Selon le ministre, les accords trouvés avec les différents partenaires dont l’association des boulangers stipulent que même si les prix du blé et du sac de la farine venaient à augmenter, le prix de la baguette de pain doit rester stable.

« Avant de démarrer les accords avec nos partenaires, il y a eu d’anciens accords signés par les précédents gouvernements. Il fallait faire la revue de ces accords pour voir effectivement de part et d’autre chacun respectait ses engagements. Dans l’accord précédent, le prix de la farine sortie d’usine était à 290 000 Gnf le sac que le boulanger payait à 300 000 Gnf. Et il y avait un intervalle entre 300 et 360 000 Gnf et si le prix du sac à cette intervalle, les boulangers allaient immédiatement augmenté de 500 Gnf sur le prix du pain. Et quand nous avons fait des études avec la subvention de l’État, on débordait cet intervalle. C’est d’ajustements en ajustements, de concessions en concessions et l’aide de l’État sur la subvention que nous nous sommes ramenés dans cet état. Aujourd’hui, le sac de la farine est à 340 000 Gnf sortie d’usine mais dans les accords, on a dit que même si le prix du blé augmentait et que le prix du sac de la farine allait jusqu’à 360 000 Gnf sortie d’usine, le prix de la baguette de pain restera toujours stable. Ce sont les accords que nous avons trouvés », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le ministre assure que la subvention de l’État ne doit pas dépasser certaines limites pour ne pas voir les produits subventionnés sortir du pays au profit des pays voisins et avec une perte d’argent de l’État à la clé.

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.