Beyla : un conseiller communal accuse l’ANAFIC-N’zérékoré de fraude dans la passation d’un marché

Print Friendly, PDF & Email

C’est une révélation accablante que vient de faire Fama Bereté, conseiller communal de Moussadou, relevant de la préfecture de Beyla, au sud du pays.

Selon notre interlocuteur, toutes les démarches ont été respectées par la commission dont il faisait partie, et par consensus une entreprise a été retenue.

« Au fait, il s’agit d’un appel d’offres lancé par la commune  pour la construction du logement du directeur de l’école primaire de Moussadou et d’un forage dans le district de Fomaro. Quand nous avions lancé l’appel d’offres, les entreprises ont soumissionné.

L’ANAFIC a envoyé l’ingénieur conseil et l’ADL pour venir former une commission de passation à Moussadou. Dans cette commission, il y avait le premier vice-maire qui était le président de la commission de passation, un rapporteur, un représentant de la société civile et un représentant de la jeunesse qui étaient tous présents. En bref, toutes les parties étaient présentes dans la salle. C’est à l’issue de ça  qu’on a  travaillé toute une journée. Nous avions donc procédé aux dépouillements. Parmi 9 entreprises ayant manifesté le désir de faire le travail, on a statué là-dessus. Et après toutes les analyses, nous avons retenu à l’unanimité une.

Il s’agit de l’entreprise ( KEMS). Et voilà que tous les membres de la commission ont signé. Et après, nous avons procédé à la publication. C’est après ce travail, que les documents ont été envoyés à N’zérékoré au compte du bureau de l’ANAFIC », explique Fama Bérété.

Poursuivant, l’élu local a accusé les responsables de l’ANAFIC à N’zérékoré de fraude en disqualifiant celle retenue par la commission.

« Ils ont fait autre analyse là-bas encore. Ils ont dit que dans ce que nous avons fait il aurait eu, selon eux, des défaillances. Ils ont disqualifié l’entreprise que nous, nous avons retenue et pris la cinquième sur la liste.

Cette entreprise c’est ” Souaré et frères’’.

S’il y a  lieu de faire un changement, puisque on a tous travaillé ensemble, ça ne devrait pas se passer comme ça. Moi je ne suis pas d’accord. Ce n’est pas de cette manière qu’on peut unilatéralement choisir une entreprise. C’est de la fraude », martèle Fama Bérété.

Pour finir, il a menacé en ces termes : « l’entreprise retenue par ANAFIC-N’zérékoré pour venir ici ne va pas travailler à Moussadou. ». Affaire à suivre…

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré.

Tel: 621-94-17-77.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.