Birmanie : Aung San Suu Kyi «arrêtée» par l’armée, selon le porte-parole de son parti

Print Friendly, PDF & Email

Les militaires avaient dénoncé des irrégularités lors des législatives de novembre et n’avaient pas exclu la possibilité de renverser le gouvernement.

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi et d’autres personnalités du parti au pouvoir ont été arrêtées par les forces armées du pays lors d’un raid tôt lundi matin, a déclaré le porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie. Cette décision intervient après une escalade de tensions entre le gouvernement civil et l’armée qui a suscité la crainte d’un coup d’État à la suite d’une élection qu’elle qualifie de frauduleuse.

Le porte-parole Myo Nyunt a déclaré à Reuters par téléphone que Suu Kyi, le président Win Myint et d’autres dirigeants avaient été «emmenés» aux petites heures du matin. «Nous avons entendu dire qu’elle est détenue à Naypyidaw (la capitale du pays, ndlr), nous supposons que l’armée est en train d’organiser un coup d’État», a-t-il indiqué à l’AFP.

«Je veux dire à nos gens de ne pas répondre imprudemment et je veux qu’ils agissent conformément à la loi», a poursuivi Myo Nyunt, ajoutant qu’il s’attendait également à être détenu.

AFP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.