Connect with us

International

Bolivie : El Alto l’endormie se réveille pour soutenir Evo Morales

Published

on

Lourdes a la rage : “Nous nous sentons humiliés”. A El Alto, ville jumelle de La Paz, l’arrivée à la tête de la Bolivie de Jeanine Añez ne passe pas. Ici, entre manifestations et grèves, on tient à Evo Morales et on le fait savoir.

“Cette présidente n’est pas présidente. Elle s’est auto-proclamée, un point c’est tout”, enrage Lourdes Chino Lima. Comme l’immense majorité des habitants d’El Alto, une ville d’ordinaire calme perchée à 4.000 mètres d’altitude, Lourdes continue à soutenir l’ex-président Evo Morales qui a démissionné dimanche.

A l’issue de la présidentielle controversée du 20 octobre, Evo Morales, qui cherchait à obtenir un quatrième mandat, s’est proclamé vainqueur, provoquant des manifestations parfois violentes de l’opposition qui accusait le président de fraude. Acculé, lâché par l’armée, Evo Morales a démissionné et est parti en exil au Mexique.

Et lorsque Jeanine Añez est devenue présidente par intérim du pays andin mardi, Lourdes s’est sentie “humiliée”.

Le contraste entre Mme Añez et Evo Morales ne saurait être plus flagrant.

D’un côté, celui qui a dirigé la Bolivie pendant près de 14 ans. Indigène, athée revendiqué, proche du défunt président vénézuélien Hugo Chavez en particulier et des gouvernements de gauche latino-américains en général, il est populaire dans les milieux indigènes les plus humbles, comme à El Alto et son million d’habitants.

– Un “coup d’Etat” –

De l’autre, Jeanine Añez est avocate, conservatrice, ancienne sénatrice et fièrement chrétienne.

Lorsque Mme Añez a ceint l’écharpe tricolore mardi et s’est proclamée présidente de la Bolivie, El Alto s’est rebellé.

“Certaines règles (relatives à la proclamation de la présidente, ndlr) n’ont pas été respectées, dont le règlement interne de l’Assemblée législative plurinationale (le Parlement, ndlr)”, s’échauffe Jorge Cevallos.

En signe de protestation, les habitants d’El Alto se sont mis en “grève civique” indéfinie. Certains dénoncent un “coup d’Etat” contre Evo Morales.

Dans la deuxième ville de Bolivie par la taille et la plus jeune du pays, les Wiphalas, le drapeau andin indigène multicolore adopté comme symbole national par Evo Morales, sont bien plus nombreuses que dans le reste du pays à flotter au vent.

Et depuis trois jours, les “Alteños” descendent par milliers dans les rues de La Paz, en contrebas, pour manifester en faveur d’Evo Morales. Souvent, les manifestantes portent la “pollera”, la jupe traditionnelle des Améridiennes aymara. Nombre de manifestants mâchent des feuilles de coca, une pratique andine ancestrale pour résister au froid et à la fatigue.

– “Nous devons parler” –

A El Alto, la “grève civique” se traduit par la fermeture des magasins, des écoles, des universités. Des barrages ont été érigés dans les rues et sur les routes qui mènent à La Paz, à 10 km de là.

“Je ne suis d’aucun parti, je ne soutiens pas Evo, je ne soutiens personne. Je suis simplement une Bolivienne qui a la rage. J’en ai marre”, lance Dominga Apaso.

Des rochers et des pneus bloquent l’accès à la raffinerie Senkanta, d’où sortent tous les combustibles (essence, gaz…) consommés à La Paz et El Alto. Une action qu’a condamnée la présidente par intérim Jeanine Añez. Elle affirme qu’une “pénurie” commence déjà à se faire sentir “dans les foyers”.

Des journalistes de l’AFP ont observé de longues files d’attente devant plusieurs stations-service de La Paz et d’El Alto.

Et les barrages dressés sur les routes d’El Alto, qui relient La Paz au reste du pays, menacent aussi l’approvisionnement de la capitale administrative en aliments.

“Si la présidente veut la pacification, nous devons parler, nous devons nous parler. Elle ne va rien imposer à El Alto”, explique un habitant qui ne souhaite pas donner son nom.

AFP

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.
  • Une affaire Skripal façon allemande 5 décembre 2019
    Deux employés de l'ambassade russe à Berlin déclarées personae non grata pour ne pas assez coopérer dans une enquête sur un meurtre commis en Allemagne, qui pourrait avoir été commandité en haut lieu.
  • Nouvelle arrestation d'un militant des droits de l'Homme au Tchad 5 décembre 2019
    D'abord interpellé pour diffamation, Mahamat Nour Ahmat Ibedou est désormais accusé de meurtre et tentative de meurtre. A N'Djamena, comme dans la diaspora, des voix s'élèvent pour dénoncer cette nouvelle arrestation.
  • "Il n'y a pas de complot extérieur contre l'Afrique" A. Ould Abdallah 5 décembre 2019
    Alors que le sentiment anti-français croît de nouveau au sein des populations dans le Sahel, Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, dénonce son instrumentalisation.
  • La place contestée de la Turquie au sein de l'OTAN 4 décembre 2019
    Malgré l'offensive unilatérale de l'armée turque au nord de la Syrie, Ankara reste un membre solide de l'OTAN.
  • Existe-t-il une complicité entre l'armée congolaise et les rebelles ADF ? 4 décembre 2019
    Le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels, accusés du massacre de centaines de civils, agiraient grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.
  • L'OTAN en quête d'objectifs communs 4 décembre 2019
    Malgré la signature d'une déclaration finale, l'heure n'était pas à la fête au sommet des 70 ans de l'OTAN à Londres.
  • Tchad: un ex-Premier ministre incarcéré pour corruption 4 décembre 2019
    L’ancien Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet, secrétaire général de la présidence, est accusé de complicité d’escroquerie, d’abus de fonction et de tentative de détournement des deniers publics. Il a été incarcéré.
  • L'Allemagne attendue sur la crise anglophone au Cameroun 4 décembre 2019
    Le conflit dans les régions anglophones a forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile et fait plus de 3.000 morts. Après l'échec du dialogue national, la résolution de la crise pourrait venir de l'extérieur.
  • "La soumission n'est pas un choix pour moi" 4 décembre 2019
    Ce 4 décembre, la fondation Right Livelihood remet son prix 2019, souvent surnommé "prix Nobel alternatif". Cette année, le jury a choisi quatre militants pour être lauréats, parmi lesquels Aminatou Haidar.
  • PL : Manchester City ne lâche rien 4 décembre 2019
    Les Citizens se sont largement imposés à Burnley (1-4) et reviennent à huit points de Liverpool, qui affronte ce soir Everton dans le derby.