Boni Yayi à Conakry, Embaló met pression sur Doumbouya et saisit l’ONU

Le médiateur de la Cedeao pour la Guinée est arrivé hier à Conakry à bord de la compagnie Air Côte d’Ivoire. L’ancien président du Bénin Boni Yayi est en Guinée pendant que le dialogue entre pouvoir et principaux acteurs politiques guinéens piétine.

Une source indique à Mediaguinee que Boni est également venu prêter main forte à la mission technique de la Cedeao.

De l’autre côté, l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique informe que le président en exercice de la Cedeao et président de Guinée-Bissau Umaro Sissoco Embaló accentue la pression sur le président guinéen de la transition colonel Mamadi Doumbouya.

« Le chef de l’État bissau-guinéen et président en exercice de la Cedeao a posé un ultimatum au président de la transition guinéenne, avant de faire une demande très particulière au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. », écrit JA.

Selon nos informations, poursuit le journal, Umaro Sissoco Embaló a envoyé ce 17 octobre un courrier à Mamadi Doumbouya, avec copie aux partenaires internationaux de la Guinée – l’Union européenne et les États-Unis entre autres – afin de l’enjoindre à accepter le calendrier de la Cedeao, d’ici au 22 octobre, sous peine de sanctions. L’organisation sous-régionale qu’il préside avait en effet donné cette date butoir aux autorités guinéennes pour revenir à « une durée de transition raisonnable et acceptable », c’est-à-dire inférieure aux trois ans jusque-là annoncés. Et d’ajouter : « Umaro Sissoco Embaló ne s’est pas arrêté là. Dans le même temps, il s’est également adressé par courrier au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, afin de lui demander, au nom de tous les chefs d’État de la Cedeao, qu’aucun président ou membre d’un gouvernement de transition issu d’un coup d’État, ne puisse prendre la parole à la tribune de l’ONU. Embaló a encore en tête les interventions très virulentes, le 24 septembre à New York, des Premiers ministres malien et guinéen. Après avoir été l’une des cibles de propos très acerbes de la part d’Abdoulaye Maïga et de Bernard Goumou, il souhaite en effet éviter que cela ne se reproduise ».

Mayi Cissé

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.