Boubacar Barry : ‘’je suis ministre du Commerce, mais je ne peux vous dire combien de variétés d’eau il y a en Guinée

Print Friendly, PDF & Email

Devant la presse ce vendredi 3 janvier 2020, le ministre du Commerce s’est prononcé sur la multitude de variétés d’eau minérale sur le marché guinéen. Dénonçant une défaillance de l’office guinéen de contrôle de qualité, Boubacar Barry a déploré le non respect des normes et réglementations par les Guinéens.

« Le contrôle de qualité suit mais il y a des défaillances, il n’est pas aussi performant que cela. Je vous ai dit que nous avons différents projets, nous sommes d’abord sur des questions de ressources humaines (…) Aujourd’hui pour pouvoir normalement utiliser ou exploiter un forage, il faudrait prévoir les autorisations adéquates auprès des services spécialisés dans le domaine. Mais cette disposition n’est pas respectée. Mais le problème aussi, c’est que nous sommes victimes du non respect des lois de nous-mêmes. Aujourd’hui tout le monde fait des forages, chacun fait ce qu’il veut,  même si la réglémentation est là, personne ne la respecte. Je suis ministre du Commerce, je ne peux pas vous dire combien de variétés d’eau il y a sur le territoire national. Ce qui est extrêmement grave. Pour les stastistiques que je connais, quand j’occupais les fonctions de ministre de l’Industrie, dans la zone de Siguiri seulement, nous avions près de 340 variétés d’eau, sur Kankan 250, sur Conakry je n’en sais absolument rien. Maintenant, je dis que nous allons acquérir des équipements avec les reformes que nous avons menées au niveau de l’office, l’ONCQ a pu sur fonds propres, se procurer déjà des équipements de dernière génération pour pouvoir assurer le contrôle de ces produits. Aujourd’hui, nous avons une exigeance du groupe d’entités qui traite ces questions pour avoir les accords de partenariats avec l’ONCQ afin de pouvoir assurer ce service. Mais il faut bien qu’on s’assure que les produits que nous avons sur le marché répondent aux normes. Ce qui ne répondent pas aux normes, il faut que ça soit complètement bani du marché », a-t-il affirmé.

Il termine en annonçant la mise en place d’un projet du ministère sur le tri des produits de qualité visant à informer la population sur les produits répondant aux normes alimentaires, et prévoir des sanctions pécuniaires par rapport aux infractions commises.

Maciré Camara

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.