Burkina Faso : une attaque dans le Nord fait plusieurs morts et des milliers de déplacés

(FILES) In this file photo taken on February 17, 2020 Togolese soldiers stand guard as they patrol at Namoundjoga village in northern Togo. Suspected jihadists have killed 8 soldiers and injured 13 others in northern Togo at the border with Burkina Faso, the government said on May 11, 2022, in the first deadly "terrorist attack" in the country. (Photo by PIUS UTOMI EKPEI / AFP)
Print Friendly, PDF & Email

Au Burkina Faso des hommes armés ont attaqué les populations de Seytenga, près de la frontière avec le Niger dans la nuit de samedi 11 à dimanche 12 juin, ressemblant fort à des représailles et qui fait suite à attaque contre la brigade de gendarmerie de cette commune jeudi 9 juin. Aucun bilan officiel n’est pour le moment disponible mais plusieurs sources parlent de dizaines de morts. Des unités d’intervention ont été déployées sur la zone, selon le porte-parole du gouvernement.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Selon des témoins, cela fait plusieurs jours que des hommes armés harcelaient les populations à Seytenga. Après l’attaque contre la brigade de gendarmerie, jeudi 9 juin, les forces armées sont venues en renfort et ont effectué un ratissage dans la zone. Elles sont réparties sur Dori en compagnie des forces de police et gendarmerie.

Selon le gouvernement, ces hommes armés ont fait irruption dans la commune de Seytenga pour s’en prendre aux populations civiles. Cette fois, ils sont revenus en grand nombre précise une source sécuritaire. « Ils n’ont pas fait de discernement. Ils ont tué systématiquement tous ceux qu’ils croisaient », raconte un habitant de la région

Aucun bilan n’a pu être établi pour le moment, « au regard de la complexité de la situation », selon le porte-parole du gouvernement. Les autorités ont mis en garde contre tout « bilan hâtif » dans un communiqué puis sur la télévision nationale ce dimanche soir par la voix du porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo, qui a dénoncé un « d’acte ignoble » et assuré que des unités d’intervention de l’armée ont été déployées. Un ancien élu de la région, joint sur place, raconte que « des témoins ont dénombré plusieurs corps dans un seul quartier à Seytenga suite à ces représailles des groupes armés ».

AFP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.