Cacophonie au sein du bureau des orpailleurs de Siguiri : Tidiane Koïta accusé d’en être l’instigateur

Print Friendly, PDF & Email

Une dissension interne mine actuellement le bureau préfectoral des orpailleurs de Siguiri depuis sa mise en place. Cette querelle intestine entre les orpailleurs de la préfecture s’explique par la dissolution du bureau préfectoral dont Madou Kamisso est président. A ce jour, deux camps antagoniques se font face et se regardent en chiens de faïence.

Pour la circonstance, le président du bureau préfectoral rencontré, explique la situation.

« Les gens se trompent. Nous avons mis en place le bureau préfectoral des orpailleurs avant le bureau national. On m’a élu, cela ne fait même pas un an. D’ailleurs ceux qui parlent sont des gens qui ont boycotté cette association des orpailleurs. Depuis mon arrivée à la tête du groupe, nous avons combattu le faux carat », a précisé Madou Kamisso président préfectoral des orpailleurs.

Par ailleurs, le groupe antagonique avec à sa tête Issa Boudakouda Magassouba dit ne pas reconnaître le président préfectoral des orpailleurs car les conventions ne sont pas respectées dira-t-il avant d’ajouter que Tidiane Koïta est responsable de tout.

« Avant de partir à Conakry, nous avons fait une convention acceptant qu’il n’y a pas de bureau préfectoral. Tidiane Koïta, Daouda Finah, Kofodé Kéita, Habib Diallo ont tous signé mais aujourd’hui c’est le contraire qui se pose. Comment est-ce que Tidiane Koïta peut faire volte-face ? C’est vraiment grave, nous ne reconnaissons pas Madou Kamisso comme président des orpailleurs, mais aussi nous allons pousser jusqu’au bout », précise-t-il.

Le président national des orpailleurs de Guinée Tidiane Koïta joint au téléphone concernant cette situation, est revenu sur le fondement et la réalité qui prévaut actuellement.

« La signature dont on fait allusion, ce n’est pas moi qui ai signé, d’ailleurs j’étais malade mais tout compte fait, on n’a pas supprimé un bureau. Il faut que les orpailleurs comprennent, nous orpailleurs avons besoin de la paix, ceux qui ont signé des papiers avant l’élection nationale des orpailleurs c’était des opportunistes qui cherchaient de la place. Et puis personne ne doit parler au nom des orpailleurs sans le consentement de l’Union nationale des orpailleurs de Guinée (UNOG) », a précisé Tidiane Koïta.

D’après certains orpailleurs de la préfecture de Siguiri, Tidiane Koïta est à l’épicentre des problèmes des orpailleurs de Guinée, surtout les conflits qui naissent au sein de la corporation en proie à des clans rivaux.

Affaire à suivre !!!

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri 

+224624047979 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.